Les députés approuvent la prise en charge de la contraception pour les femmes jusqu’à 25 ans | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les députés approuvent la prise en charge de la contraception pour les femmes jusqu’à 25 ans

Annoncée début septembre par le ministre de la Santé Olivier Véran, la mesure – qui pourrait bénéficier à 3 millions de jeunes femmes- a reçu le feu vert de l’Assemblée nationale lors de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.
 

"Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et de tous les soins qui sont liés à cette contraception jusqu'à 25 ans", déclarait le 9 septembre Olivier Véran sur le plateau de l’émission "Les 4 vérités" sur France 2, alertant sur le renoncement des jeunes femmes à la contraception "pour raisons financières".

Déjà permise pour les mineures, le ministre de la Santé ouvrait ainsi la gratuité de la contraception à un plus grand nombre de Françaises. En effet, environ 3 millions de jeunes femmes pourraient en bénéficier, et ce dès le 1er janvier 2022, date d’entrée en vigueur du dispositif, qui devrait coûter 21 millions d’euros par an.

Les députés sont allés dans le sens du ministre en votant à l’unanimité en faveur de la mesure dans la nuit de vendredi 22 au samedi 23 octobre, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

L’Assurance-maladie prendra donc en charge à 100 % et en tiers payant les frais nécessaires à la contraception : une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme, les examens biologiques afférents, et les contraceptifs - certaines pilules contraceptives, les implants contraceptifs, les stérilets, les diaphragmes et la contraception d'urgence hormonale.

La députée ex-LREM Albane Gaillot a tenté d’étendre cette gratuité à l’ensemble des contraceptions possibles, dont le préservatif féminin, l’anneau vaginal ou les spermicides, mais sans succès. Néanmoins, les députés ont instauré un rapport du Gouvernement au Parlement sur les moyens à déployer pour développer la contraception masculine.

Par ailleurs, La République en marche a introduit l’extension de la prise en charge de la consultation de prévention en matière de santé sexuelle – pour les jeunes filles mineures, aux garçons jusqu’à 25 ans.

[avec AFP]

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…