Baisse drastique du prix du test antigénique : les pharmaciens menacent d’arrêter le dépistage | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Baisse drastique du prix du test antigénique : les pharmaciens menacent d’arrêter le dépistage

Alors que le nombre de cas Covid s’envole à nouveau, la Cnam souhaite poursuivre sa politique de baisse du prix des tests antigéniques réalisés par les pharmaciens : de 20 euros, ils passeraient à 15 euros. La grogne monte dans les officines.

Pour l’Union nationale des syndicats de pharmaciens d’officine (Uspo), c’est une « humiliation ». Après avoir abaissé de 25 à 20 euros le prix du test antigénique le 15 février dernier, la Cnam revient à la charge pour tenter d’imposer une nouvelle baisse de tarif de 5 euros aux pharmaciens.

Dans le détail, le coût du prélèvement (9.60 euros) et le coût du test (5 euros) ne bougent pas : c’est la rémunération du diagnostic, de l’enregistrement et du rendu du résultat qui diminue – de 10.40 euros avant le 15 février à 5.40 euros à l’heure actuelle et à… 40 centimes, si la baisse se confirme. « C'est une insulte à notre diplôme et notre travail », lance le syndicat dans un communiqué du 21 mars.

« Si nous n'avons pas pu empêcher la première baisse de 5 euros, nous avons réussi à bloquer la seconde, poursuit-il. Maintenant que la nouvelle convention pharmaceutique est signée, la Cnam souhaite à nouveau contrôler le cout des dépistages pour les pharmaciens. »

Le syndicat se mobilise contre une décision qu’il estime « injuste », discriminatoire et « irresponsable pour les patients ». La proposition est « non applicable aux autres professionnels de santé », relève l’Uspo. « La baisse est plus importante pour les pharmaciens que pour les biologistes », souligne le syndicat, alors que « leurs investissements ont été amortis depuis longtemps contrairement à celui des pharmaciens qui ne peuvent pas automatiser leur procédure ».

D’après une enquête flash à laquelle 4167 pharmaciens avaient répondu jeudi 24 mars, plus de six pharmaciens sur dix indiquent ne pas réaliser de tests en série. 91% déclarent qu’ils refuseront de poursuivre cette mission de dépistage si le prix est abaissé. « Cette baisse limitera l'accès au dépistage et compliquera le parcours de soins des patients », redoute l’Uspo. « L'objectif de la Cnam est uniquement comptable à l'heure où elle devrait envisager de prendre en charge pour les patients le co-dépistage grippe-covid ! »

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…