Covid-19 : Quelles conséquences pour l’Afrique ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Covid-19 : Quelles conséquences pour l’Afrique ?

Une dizaine de responsables d’universités africaines s’inquiètent des conséquences psychosociales de la pandémie Covid-19 pour l’Afrique subsaharienne francophone. Ensemble, ils livrent leur constat et surtout, leurs préconisations. Nous publions leur réflexion telle qu’elle nous a été transmise.
 
Les propos ont été colligés par le Pr Jacques Barrier.

 

Constat actuel

1- L’épidémie le 29 mars n'est pas encore à un niveau majeur bien que 39 pays africains soient touchés avec une augmentation sensible du nombre de cas jour après jour en lien avec la contagiosité importante du coronavirus. Citons le 28 mars 150 cas identifiés en Côte d'Ivoire, 113 cas positifs au Cameroun. 3 décès, 2 guérisons, 24 cas à Madagascar et 6 au Bénin 2 jours auparavant. Le 29 mars le Mali a 18 cas dont 1 décès (malade arrivé mort à l’hôpital). A part l'Afrique du sud où l’épidémie a pris de l’ampleur, le nombre de morts déclarés semble plutôt faible (en relation avec la jeunesse des populations ?). Tous ces recueils analysent uniquement les cas testés et sont un reflet indirect de la prévalence réelle.

 

2- L’immense majorité sinon la totalité des citoyens est informée (télévision, internet, téléphonie mobile). Affolement d’une partie de la population (rumeurs, réseaux sociaux en ébullition désignant des coupables, essentiellement les élites, ceux qui voyagent, les étrangers jusqu’à souhaiter l’ostracisme…). Par exemple, les réseaux sociaux actuels peuvent véhiculer l'idée qu'après l'esclavage, la colonisation, on veut les achever avec le COVID-19. On parle de « colonisation et coronisation » (sic). Les informations fausses ou fallacieuses (fake news) se multiplient ; certaines sources européennes sont reprises en Afrique alors qu’elles avaient été détrompées en France (exemple de la responsabilité de l’Institut Pasteur dans la création de l’infection virale pour vendre des vaccins).

Au Gabon, l’hypothèse de manipulations biologiques est évoquée même dans des milieux éduqués. Au Mali, la rumeur dit que le virus a été créé par erreur ou volontairement en Chine ou aux USA dans le contexte des enjeux politiques entre ces pays. Ce type d’expression est hélas classique en situation de catastrophe annoncée (théorie du bouc émissaire emblématique). D’une façon générale, notamment par peur du lendemain, émergent des tensions sociales fortes avec déjà, mais très épisodiquement, des rebellions et des pillages nécessitant des interventions militaires ou policières plus ou moins violentes. La période à venir semble risquée.

 

3- L’organisation du confinement est difficile dans de nombreux pays. Nombre de pays ont décidé tôt la fermeture des écoles et universités (par exemple début mars au Sénégal). Apparemment, acceptation relative du couvre-feu...

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…