"Personnels en danger" : les urgences de Besançon en grève illimitée

10/10/2018 Par Sandy Bonin

Plus d’une cinquantaine de soignants des urgences ont manifesté, ce mardi après-midi, devant l’entrée principale du CHRU Minjoz de Besançon pour alerter la population sur la détérioration de leurs conditions de travail. Ils ont entamé une grève illimitée.

  Munis de pancartes "trop, c’est trop" ou "les urgences brûlent", et d'un cercueil affublé d’un cinglant diagnostic – "patients/personnels en danger", les soignants étaient postés devant l'entrée du CHRU, relate l'Est Républicain. Des tracts expliquant cette grève ont été distribués aux passants. Le cortège composé de médecins, infirmiers, auxiliaires de régulation médicale, ambulanciers, infirmiers anesthésistes, aides-soignants a ensuite bloqué symboliquement le tramway, puis déambulé sur les voies de circulation voisines.  

"Venir au travail la boule au ventre"

  "C’en est trop, nous n’acceptons plus de travailler dans de telles conditions. Nous avons choisi ces métiers pour prodiguer des soins de qualité, et non pour venir au travail la boule au ventre et en ressortir avec le sentiment du travail mal fait", synthétise le tract du personnel, soutenu par l’intersyndicale. "Une expertise a été menée à notre demande par un cabinet privé. Le 7 septembre, la direction générale du CHRU a claqué la porte d’une réunion durant laquelle devaient être abordées les préconisations de ce rapport", témoignent les grévistes. Une nouvelle réunion du CHSCT est prévue le 25 octobre. Une date clé : la suite du mouvement de grève est suspendue à cette fameuse réunion. De son côté l'inspection du travail enjoint le CHRU à élaborer "un plan d’action à court terme, en sus des actions de moyen ou long terme" pour pallier une situation jugée "dangereuse". Si des actions ne sont pas mise en œuvre, elle menace d'envoyer "un signalement au procureur de la République […] pour infraction de mise en danger délibérée de la vie d’autrui." [Avec l'estrepublicain.fr]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
20 débatteurs en ligne20 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17