Crise à l’hôpital : Patrick Pelloux et 30 médecins alertent sur un "krach sanitaire" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Crise à l’hôpital : Patrick Pelloux et 30 médecins alertent sur un "krach sanitaire"

tribune hôpital JDD
Trois tribunes signées par une trentaine de médecins ont été publiées ce week-end dans le Journal du Dimanche pour dénoncer les décisions prises pour l’Hôpital ces dernières années, alerter sur le manque de moyens et sur un service à bout de souffle.  

 

Ils alertent sur risque un “krach sanitaire”. Dans trois tribunes publiées ce week-end sur le JDD.fr, Patrick Pelloux et 13 praticiens de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) ainsi que le Pr Michel Tsimaratos, chef de service en pédiatrie à l’hôpital de la Timone à Marseille et 15 praticiens associés, ainsi que Rémy Nizard, chef du service de chirurgie orthopédique et traumatologique de l’hôpital Lariboisière à Paris, dénoncent leurs conditions d’exercice, alertent sur le manque de moyens et des services à bout de souffle.  

Premier grief, les dysfonctionnements permanents - notamment à cause du manque de personnel. “Notre mission de service public est de tout faire tout le temps, mais le Gouvernement ne nous en donne pas les moyens. (...) En épuisant les soignants, on les a fait fuir”, écrit ainsi le président de l’Amuf. “Les blocs opératoires dysfonctionnement au point que de nombreuses interventions programmées des mois à l’avance sont annulées le jour même (...) Les délais opératoires s’allongent et entraînent parfois une perte de chance pour les patients”, écrivent de leur côté le Pr Michel Tsimaratos et 15 autres signataires.  

 

"Comment pouvons-nous accepter d'être l'un des pays de l'OCDE qui paie le moins bien les infirmiers?"

Deuxième grief, la “désespérance”, ainsi que l’écrit le Pr Rémy Nizard ; et les contraintes budgétaires. “L’intensification d’un travail contrôlé par nombre de tableaux de bord, un discours faisant penser que nous sommes mal organisés, trop nombreux, querelleurs, parfois paresseux a eu raison des plus motivés, des plus impliqués. Aujourd’hui, il faut constater que le turn-over des infirmières et infirmiers, un absentéisme élevé, les départs répétés et ininterrompus de talents médicaux ou chirurgicaux sont autant de témoins de ce que certains appelleraient un malaise mais qui a mon sens est de la désespérance. Comment pouvons-nous collectivement accepter d’être l’un des pays de l’OCDE qui paie le moins bien les infirmiers ? (...) Le message transmis depuis dix ans, c’est : vous faites des efforts, mais ils ne seront jamais suffisants. Une course vaine et sans espoir”, écrit-il.  

Troisième grief...

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…