Poilus, prostituées et arsenic : la syphilis, l'autre combat des médecins de la Grande Guerre | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Poilus, prostituées et arsenic : la syphilis, l'autre combat des médecins de la Grande Guerre

syphilis
Décembre 1915. Médecins et autorités militaires sonnent le branle-bas de combat : depuis le début de la guerre, le nombre de cas de syphilis aurait explosé en France, menaçant les forces vives de la nation. Objet de tous les fantasmes, "le péril vénérien" va impulser une vaste politique de prophylaxie et permettre le développement de dispensaires où les malades peuvent bénéficier d'un traitement ambulatoire et gratuit, en toute discrétion. "Dans l'imminence de l'abattoir, on ne spécule plus beaucoup sur les choses de son avenir, on ne pense guère qu'à aimer...
8 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…