Dysfonction érectile : un dépistage systématique chez l’hypertendu | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Dysfonction érectile : un dépistage systématique chez l’hypertendu

Malgré une forte prévalence de la dysfonction érectile chez les sujets hypertendus, cette pathologie reste peu dépistée et prise en charge.

A l’occasion des dernières journées de l’hypertension artérielle (décembre 2018), la Société française d’hypertension artérielle (SFHTA) a présenté des recommandations sous forme de "chemin clinique", destinées à améliorer le dépistage et la prise en charge de la dysfonction érectile chez les sujets hypertendus. L’élaboration de ce texte se justifie tout d’abord par l’épidémiologie. En effet, aujourd’hui en France un homme sur trois de plus de 40 ans souffre de dysfonction érectile (DE). Et parmi eux, 18% souffrent aussi d’hypertension, généralement non diagnostiquée. Inversement, chez les hommes avec une HTA et/ou une maladie cardio-vasculaire, on observe une plus grande prévalence de la DE. Selon les études, cette fréquence varierait de 35 à 66%. Par ailleurs, une DE chez un hypertendu est considérée comme un marqueur de risque cardiovasculaire, la DE précédant de quelques années la survenue d’une complication cardiovasculaire. Enfin, la prise en charge thérapeutique de la DE doit prendre en compte le niveau de pression artérielle du sujet et son niveau de risque cardiovasculaire.

La DE a par ailleurs un impact négatif important sur l’humeur et donc l’observance thérapeutique. Enfin, les thérapeutiques utilisées dans l’HTA sont susceptibles d’engendrer ou d’aggraver une dysfonction érectile.

 

Quand y penser ?

Son dépistage est donc important, d’autant qu’il existe actuellement une large offre thérapeutique efficace et en toute sécurité.

Pourtant il est insuffisant, principalement en raison du fait que les patients hésitent à en parler à leur médecin. Mais les médecins sont aussi responsables : des données de 2009 montrent que pas plus d’1 médecin sur 10 recherche une DE chez ses patients chroniques ; et dans une étude de 2014, 76% des MG disent ne pas oser aborder la question de la sexualité avec leurs patients chroniques, tout en sachant l’importance du problème. Pourtant, "il est tout à fait justifié d’aborder la question de la sexualité chez tous les hypertendus en consultation de médecine générale ou en consultation spécialisée, affirme la SFHTA dans son chemin clinique. Le dépistage doit être systématique lors de la consultation d’annonce d’HTA et dans les 6 mois qui suivent l’introduction d’un nouvel antihypertenseur."

Certains comportements doivent interpeller : patients moins observants, semblant avoir peur de la survenue d’effets indésirables affectant la sexualité, se plaignant de fatigue, d’humeur dépressive, ou de difficultés conjugales peu précises …

En dehors de ces cas, il est recommandé d’effectuer le dépistage de la DE au moins une fois par an lors du renouvellement du traitement, au décours de la survenue d’une complication cardiovasculaire ou rénale.

Le dépistage d’une DE repose sur...

Sources : 
Société française d’HTA. Chemin clinique pour le dépistage et la prise en charge de la dysfonction érectile des hypertendus. Décembre 2018.
2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…