Corticoïdes : L'ANSM écarte tout risque de pénurie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Corticoïdes : L'ANSM écarte tout risque de pénurie

Ce jeudi, l'Agence du médicament a levé les inquiétudes. Les approvisionnements de corticoïdes devraient être suffisants pour répondre aux besoins des patients jusqu'à fin 2019. Le retour à la normale pourrait prendre quelques semaines.

Les médecins et leurs patients qui rencontraient jusqu'alors des difficultés pour s'approvisionner en corticoïdes peuvent être rassurés. En réponse à leurs inquiétudes, l'ANSM a écarté jeudi 23 mai tout risque de pénurie. "On n'est pas dans une situation de pénurie. Il n'y avait pas zéro médicament", a expliqué à l'AFP le Dr Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice générale adjointe de l'ANSM. L'agence dispose en effet de prévisions d'approvisionnements jusqu'à fin 2019. "Les approvisionnements permettent de couvrir les besoins des patients au niveau national", souligne la responsable. Cependant, le retour à la normale pour les patients pourrait prendre quelques semaines, le temps que la distribution des stocks se fassent.

Selon l'ANSM, "des tensions au niveau local, au niveau des pharmacies hospitalières ou de ville" peuvent perdurer. Pour approvisionner autant que possible les pharmacies, l'agence sanitaire "a demandé aux industriels de lever les contingentements". Au vu de cette amélioration à l'échelle nationale, l'agence estime que restreindre l'utilisation des corticoïdes par voie orale de prednisone (comprimés de Cortancyl et ses génériques) et de prednisolone (comprimés de Solupred et génériques) ne parait plus nécessaire.

Concernant les médicaments corticoïdes injectables, le Celestene est de nouveau disponible. Ce médicament peut être utilisé en remplacement du Diprostene qui lui n'est plus disponible depuis fin février. L'ANSM a donc réclamé au fabricant de mettre en place des mesures immédiates afin d'assurer la production de Diprostene et la disponibilité par voie d'importation. Enfin, le Celestene Chronodose reste contingenté à l'hôpital sur des indications de traitement de la maladie des membranes hyaline (cause de détresse respiratoire des nouveau-nés, en particulier des prématurés). L'agence assure toutefois que les patients pour lesquels ce médicament est indispensable ont accès à leur traitement.

"Informée de tensions", l'agence a "immédiatement convoqué le 9 mai les fabricants afin qu'ils prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer l'accès à ces médicaments pour les patients dans les plus brefs délais". Le détail des importations devrait être connu prochainement (type de médicament, quantités, dosages). Le tableau de la disponibilité des différents médicaments sera régulièrement mis à jour sur le site de l'ANSM.

[Avec AFP]

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…