Vaccins : comment échapper aux pénuries ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccins : comment échapper aux pénuries ?

Face aux menaces croissantes de rupture de stocks, les participants aux Assises européennes du vaccin, qui se sont déroulées à l’Institut Pasteur en novembre 2018, ont tenté d’ébaucher des voies d’amélioration et plaidé pour plus de dialogue.

 

A l’image des ruptures de stocks de vaccins antigrippaux constatées pour la première fois cette année, les épisodes de pénurie de médicaments s’aggravent depuis quelques années, au point qu’Agnés Firmin Le Bodo, pharmacienne et membre de la Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale, a qualifié 2017 d’ "annus horibilis" pour l’approvisionnement en médicaments. Cette année-là, 530 médicaments essentiels ont été déclarés en rupture ou risque de rupture de stock à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), soit 12 fois plus qu’en 2005.  Parmi ces déclarations, 5 % concernaient les vaccins. Selon le dispositif DP-rupture, expérimenté depuis 2013 par le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, et auquel participe 60 % des officines françaises, un quart des vaccins (16 sur 63) ont été en rupture d’approvisionnement entre le 1er février 2015 et octobre 2018, pendant une médiane de 275 jours. Dans le même temps, 3,1 % seulement des médicaments ont été signalés en rupture, pendant une médiane de 38 jours).

Les vaccins apparaissent donc particulièrement exposés à ces pénuries, qui mettent en péril les politiques de santé publique, dans un contexte rendu déjà difficile par les réticences perceptibles depuis l’épisode de pandémie grippale.  "Depuis le 3ème trimestre 2014 la France a connu des ruptures et tensions d’approvisionnement sur les vaccins tétra et pentavalents, dues à la valence coqueluche acellulaire, qui a connu une explosion de la demande mondiale, du fait de son inclusion dans de nombreux calendriers vaccinaux", a analysé Géraldine Menin, Directrice générale de Sanofi Pasteur Europe. Infanrix tétra reste indisponible et Tétravac-Acellulaire (DTCaP) en tension. Le Pneumovax (23 valent) en rupture de stock en 2017 continue à être en très forte tension d’approvisionnement en ville, conduisant la Haute Autorité de santé (HAS) à émettre une recommandation vaccinale transitoire. "Comment chercher à convaincre les parents de vacciner leurs enfants alors qu’on est menacé de ruptures de stock", a déclaré Agnés Firmin Le Bodo. Le Pneumovax devrait revenir en mars ou avril 2019, espère-t-elle.

La pénurie de vaccins monovalents contre l’hépatite B destinés aux adultes en 2017 a officiellement pris fin en février 2018. Cependant Hbvax pro10, pour la vaccination à partir de 16 ans, et Hbvax pro40, pour la vaccination des patients en dialyse ou en attente de dialyse, sont encore déclarés...

Sources : 

D’après les Assises européennes du vaccin 2018 (Institut Pasteur, 20 novembre 2018)

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…