Pathologies inflammatoires chroniques : les corticothérapies systémiques se maintiennent en dépit des nouveaux traitements telles les biothérapies

20/09/2019 Par Pr Philippe Chanson
Endocrinologie-Métabolisme Médecine interne
La corticothérapie dans le traitement des pathologies inflammatoires est associée à des effets secondaires importants liés à l’excès de glucocorticoïdes mais aussi à l’insuffisance surrénale. La corticothérapie doit donc être utilisée avec précaution.

Une équipe danoise a analysé les tendances concernant l’utilisation des glucocorticoïdes systémiques de même que la mortalité et les co-prescriptions chez les utilisateurs de corticoïdes. Il s’agissait d’une étude transversale d’utilisation d’un médicament conduite dans une population de 926 314 utilisateurs de glucocorticoïdes par voie systémique (voie orale ou injectable) entre 1999 et 2014 à partir des registres nationaux du Danemark. Sur les 926 314 utilisateurs de glucocorticoïdes systémiques, 54 % étaient des femmes et l’âge médian au moment de la première utilisation des corticoïdes était de 55 ans. La prévalence annuelle était d’environ 3 % alors que l’incidence était de 1.4 pour 100 personnes/année. Ces chiffres sont restés constants entre 1999 et 2014. Chez les sujets âgés, la prévalence annuelle était de 6.7 à 7.7 % pour les sujets âgés de 60 à 79 ans et de 9.7 à 11 % pour les sujets de plus de 80 ans. L’incidence augmentait chez les sujets âgés de plus de 80 ans, passant de 3 pour 100 personnes/année en 1999 à 3.6 pour 100 personnes/année en 2014. De manière concomitante, la quantité annuelle de médicament comme le méthotrexate ou l’azathioprine ou les agents anti-TNFα a augmenté et de nouvelles biothérapies ont émergé. Les co-traitements les plus fréquents étaient les antibiotiques (49 %), les médicaments cardiovasculaires (38 %) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (37 %). Cette étude confirme donc l’utilisation très large des glucocorticoïdes par voie systémique, en particulier chez les sujets âgés, utilisation large qui persiste malgré l’augmentation de l’utilisation d’autres médicaments utilisés dans les maladies inflammatoires. Cette utilisation qui persiste des glucocorticoïdes constitue un défi pour la communauté endocrinologique.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17