Hypoparathyroïdie chronique traitée par calcium et vitamine D : augmentation du risque d’insuffisance rénale et de lithiase urinaire

23/11/2022 Par Pr Philippe Chanson
Endocrinologie-Métabolisme
La PTH joue un rôle central dans l’homéostasie phosphocalcique en stimulant la réabsorption du calcium dans le rein et en augmentant l’excrétion du phosphate. Quelle que soit la cause de l’hypoparathyroïdie, le traitement habituel par la vitamine D et le calcium sont à l’origine d’une hypercalciurie qu’on peut modérer par l’association avec des thiazides.
 

Mais si l’on arrive à assez bien contrôler la calcémie, c’est parfois au détriment de la calciurie qui augmente et de l’augmentation du produit phosphocalcique qui peut augmenter le risque de lithiase, de néphrocalcinose ou d’insuffisance rénale chronique. Les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique traités avec de la vitamine D et du calcium pourraient avoir des complications rénales plus importantes qu’on ne pense. Afin de l’évaluer dans une population importante en Suède, les registres nationaux ont été utilisés pour identifier les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique. Ils ont été comparés à des témoins. Un total de 1562 patients ayant une hypoparathyroïdie chronique sans insuffisance rénale préexistante ont été comparés à 15 620 témoins. Le risque de développer une insuffisance rénale chronique était supérieur chez les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique en comparaison aux témoins (hazard ratio = 4.45 ; IC 95 % = 3.66 – 5.41). Chez les patients sans lithiase urinaire préalable (n = 1810 hypoparathyroïdie chronique comparés à 18100 témoins), le risque de développer une lithiase était supérieur chez les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique (HR = 3.55 ; 2.84 – 4.44) en comparaison des témoins. Les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique avaient des taux d’incidence d’hospitalisation supérieurs, quelle qu’en soit la cause (49.59 pour 100 personnes/année ; 48.5 – 50.7 vs 28.43 pour 100 personnes/année ; 28.15 – 28.71), avaient des taux d’incidence d’insuffisance rénale supérieurs (3.46 pour 100 personnes/année ; 3.18 – 3.76 vs 0.72 pour 100 personnes/année ; 0.68 – 0.77 pour 100 personnes/année) en comparaison des témoins. Les hommes ayant une hypoparathyroïdie semblaient avoir un risque supérieur d’insuffisance rénale en comparaison des femmes. En conclusion, les patients ayant une hypoparathyroïdie chronique traitée par calcium et vitamine D ont un risque augmenté d’insuffisance rénale, de lithiase urinaire et d’hospitalisation en comparaison des témoins.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17