Apnée du sommeil : l’ANSM veut contraindre Philips à remplacer ses respirateurs défectueux

09/02/2022 Par Louise Claereboudt
Pneumologie
L’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a indiqué ce mardi 8 février vouloir contraindre l’entreprise Philips à remplacer ses respirateurs défectueux, principalement utilisés à domicile par des patients souffrant d’apnée du sommeil. Elle appelle néanmoins les patients à ne pas arrêter leur traitement.

Après l’identification d’un possible problème avec la mousse insonorisante, l’entreprise Philips avait annoncé en juin dernier le rappel mondial de certains appareils de ventilation, utilisés à domicile par des patients souffrant d’apnée du sommeil ou nécessitant une assistance respiratoire, et s’était engagée à remplacer les appareils défectueux en France. En effet, le groupe avait constaté que des particules de cette mousse avaient pu être inhalées voire ingérées par des patients, provoquant divers effets : maux de tête, irritations. Un risque de cancer à long terme avait également été mis avant. Pourtant, déplore l’agence nationale de sécurité du médicament, le plan de remplacement "a très peu progressé". "Au 4 février 2022, Philips a remplacé seulement 7% des appareils défectueux", note-t-elle dans un communiqué du 8 février, à l’issue d’une réunion organisée la veille avec les représentants de patients, les soignants et les prestataires de santé à domicile. L’ANSM fait ainsi savoir qu’elle veut contraindre Philips à accélérer le remplacement de ces machines. Elle appelle également les prestations de soins à domicile à informer les patients concernés (370.000 au total) de la décision de police sanitaire qu’elle compte prendre dans les tout prochains jours. Laissant entendre que le groupe risque des poursuites pénales. Néanmoins, ajoute-t-elle, les patients ne doivent pas mettre fin à leur traitement. "L'arrêt du traitement présente un risque avéré à court terme, par exemple une aggravation de l'insuffisance respiratoire", prévient l’agence, qui organisera prochainement une réunion d’information à destination de tous les publics. Pour l’heure, le risque de cancer lié à l’utilisation de ces appareils n’est pas "avéré", d’après les premières données disponibles. L’ANSM précise qu’elle réunira bientôt un comité d’experts (professionnels de santé, scientifiques et associations de patients) afin d’évaluer les "risques potentiels" liés à cette utilisation, et, si besoin, de faire "évoluer les conduites à tenir". Elle annonce également qu’elle envisage de lancer une étude épidémiologique indépendante à partir des données collectées par les prestataires de santé à domicile et celles du système national des données de santé (SNDS).    

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17