Déserts médicaux : "Il faut renforcer le couple médecin-pharmacien" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Déserts médicaux : "Il faut renforcer le couple médecin-pharmacien"

Liquidation judiciaire, concurrence interne, manque de généralistes... De plus en plus d'officines ferment leurs portes en France. En 2018, 226 pharmacies ont définitivement baissé le rideau. Une année record. Philippe Besset est titulaire d'une officine à Limoux, dans l'Aude, où travaillent cinq autres personnes. Il préside également la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Pour Egora, il explique pourquoi, selon lui, les généralistes et les pharmaciens doivent faire preuve de coopération et de solidarité pour faire face à la baisse de la démographie médicale.

 

Egora.fr : Une récente étude de la Drees a montré que près de 4 millions de Français vivent dans un désert médical. Comment les pharmaciens d'officine ressentent-ils la baisse de la démographie médicale ? Quel est l’impact sur leur activité ?

Philippe Besset : Forcément, la désertification médicale est un problème pour les pharmacies dans les territoires ruraux. Généralement les deux acteurs qui recherchent des médecins sont la mairie et le pharmacien. Vous voyez plein d'annonces de mairie qui sont relayées par les pharmaciens. Moi-même, j'ai cherché un généraliste quand le médecin de mon quartier de 2.500 habitants est parti à la retraite. D'ailleurs, nous n'en avons toujours pas trouvé. Une pédiatre s'est installée, mais ce n'est pas pareil. La relation avec le MG est la relation principale. Les personnes âgées qui habitent dans ce quartier ont envie et besoin d'un médecin de proximité.

 

 

A la différence des médecins, notre présence sur le territoire est régulée. L'installation des pharmacies obéit à une réglementation très stricte. Les ARS délivrent des licences d'exploitation d'officines avec des critères démo-géographiques et des critères de transfert, ce qui fait qu'on ne peut pas bouger. Ça a des avantages et des inconvénients. L'inconvénient, c'est que quand un médecin s'en va, on reste car on ne peut pas les suivre. On est donc beaucoup moins libres dans ce sens. L'avantage, c'est que ça génère une rentabilité minimale de l'officine parce que ça limite la concurrence interne.

 

Préconisez-vous la régulation de l’installation des médecins ?

Je n'ai pas de conseils à donner aux autres professions, je ne me permettrai pas. Je sais que les médecins sont très attachés à la liberté d'exercice. La seule chose que je peux dire, c'est que...

16 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…