Vers une réglementation de la naturopathie ?

16/01/2023 Par L. C.
MEP
Après la mise en examen d’un organisateur de stages de "cures hydriques" pour homicides involontaires, le syndicat des professionnels de la naturopathie a appelé à réglementer la profession. La secrétaire d'État en charge de la Citoyenneté a également annoncé la tenue d’Assises des dérives sectaires au printemps.
 

La mise en examen d’Éric Gandon des chefs d'homicide involontaire, abus de faiblesse, mise en danger de la vie d'autrui et exercice illégal des professions de médecin et pharmacien a relancé le débat autour de la naturopathie. Au cours d’un des stages de "cures hydriques" organisés par le naturopathe, en août 2021, une femme de 44 ans a en effet trouvé la mort. Une information judiciaire, ouverte à Tours, a permis d’identifier quatre autres victimes, dont deux décédées depuis. De nombreuses voix se sont de nouveau élevées pour demander une réglementation de la profession. "Ce dramatique événement rappelle les dangers auxquels s’exposent les individus qui décident, de gré ou non, d’abandonner les soins prodigués par la médecine traditionnelle pour leur préférer uniquement ceux délivrés par des charlatans. Il est indispensable de rappeler que ces gourous profitent de la vulnérabilité des personnes fragiles, exercent en dehors de tout cadre légal et pratiquent des méthodes qui ne sont reconnues par aucune institution publique ou aucun ordre médical", a souligné la secrétaire d'État en charge de la Citoyenneté. Dans un communiqué diffusé vendredi 13 janvier, Sonia Backes rappelle qu’en octobre 2022, un rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), indiquait "que des thérapies non conventionnelles, portant un risque important en matière de santé publique, s’étaient largement développées dans le cadre de la crise sanitaire en s’appuyant notamment sur des manipulateurs isolés et autonomes, qui propagent leur doctrine sur les réseaux sociaux". "Il est indispensable que les Français soient mieux informés sur les risques importants qu’ils encourent pour leur santé lorsqu’ils participent à ce genre de stages encadrés par des charlatans qui profitent de leur fragilité pour s’enrichir", a ajouté Sonia Backes.  "Les professionnels, qui utilisent un discours clivant avec la médecine et qui sous couvert de remèdes naturels mettent la vie de leurs clients en danger, continuent à exercer en toute impunité, a également déploré le syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN), dans un communiqué. Ces personnes ne sont en rien des naturopathes car ils ne respectent pas l'éthique de notre métier. Et malheureusement, ce n'est pas la suppression de la plateforme Doctolib qui les a arrêtés concrètement à continuer leurs pratiques."

  "Amalgame" Après plusieurs alertes de médecins qui l’ont accusée d’abriter des naturopathes aux pratiques douteuses et dangereuses, la licorne française a en effet annoncé fin octobre avoir déréférencé 5700 professionnels bien-être (hypnothérapeutes, sophrologues, naturopathes et psychanalystes), choisissant de répertorier exclusivement les professions de santé réglementées. Une décision qui a affaibli les naturopathes, regrette le syndicat, qui évoque une "douche froide". Selon lui, certains naturopathes ont essuyé une perte de près de 32% de leur chiffre d’affaires. Assurant que les naturopathes "souffrent terriblement de l'amalgame avec les charlatans pointés du doigt" dans le cadre de la polémique Doctolib, le SPN appelle l’Etat à "agir vite pour faire reconnaître le métier". La profession n’est en effet pas réglementée. "Il en va de la protection des usagers", estime l’organisation. Un appel qui semble avoir été entendu puisque la secrétaire d’Etat a rappelé dans son communiqué que le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, auquel elle est rattachée, organisera des premières Assises des dérives sectaires au printemps prochain. Objectif : mettre au point un plan d'action pluriannuel permettant d'adapter l’action de l’État ainsi que son arsenal juridique à l'évolution du phénomène. "Il y a du ménage à faire, c'est évident, reconnaît la présidente du syndicat des naturopathes, Alexandra Attalauzit. Nous avons déjà alerté sur des organismes de formation qui ne sont pas assez exemplaires sur l'éthique de notre métier. […] Nous voulons réguler, organiser, écrémer, c'est une urgence. Nous devons travailler de concert avec les autorités compétentes pour que la naturopathie soit reconnue comme une pratique de la prévention, complémentaire à notre médecine." Le syndicat souhaite notamment que soient coordonnés les signalements concernant la profession et défend entre autres la mise en place de "titres certifiés par l’Etat, premiers pas tangibles pour réglementer le métier", appelant le Gouvernement "à prendre ses responsabilités". *Selon l’AFP, le syndicat des professionnels de la naturopathie revendique 3300 adhérents sur les 6500 naturopathes français.

Vignette
Vignette

Lapins : médecin, serez-vous disposé à prendre l'empreinte bancaire des patients pour prélever les 5 euros de pénalité?

Georges Fichet

Georges Fichet

Oui

Quand vous achetez un billet pour un spectacle et que vous n'y allez pas pour une raison ou pour une autre, pouvez-vous vous le fa... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9