feu de forêt

Tempêtes, incendies, conflits... "Le nombre de catastrophes ne diminuera pas mais notre réponse doit être améliorée"

Inauguré le 25 avril dernier, le Centre de simulation environnementale et neurosensorielle (Sens) a d’abord été imaginé par le Dr Benoit Viault. L’urgentiste du Samu de Toulouse (Haute-Garonne) a voulu créer un espace pour former les professionnels du secours (médecins, infirmières, pompiers, militaires…) à la médecine de catastrophe. Si pour l’heure le nombre d’incidents associés à la médecine de catastrophe dépasse rarement la dizaine par an, il tient à alerter sur une possible augmentation dans les prochaines années.

17/06/2024 Par Mathilde Gendron
Interview
feu de forêt

Egora : Combien y a-t-il d’interventions de catastrophe par an en Occitanie ?

Dr Benoit Viault : C’est très difficile à dire. On parle de médecine de catastrophe à partir du moment où on a une inadéquation entre les moyens qu’on a et la demande. Concernant les incidents avec de nombreuses victimes, qu’on appelle multi-victimes, on doit en avoir en moyenne une dizaine par an. 

Il y a un ou deux ans, on a eu un incendie avec une centaine de victimes, pas forcément graves, parce qu’elles avaient "juste" été exposées aux fumées. Mais il y avait quand même une centaine de patients à évaluer. Même chose dans un Ehpad avec une soixantaine de résidents à évacuer. Il y a aussi eu un effondrement sur le chantier du métro à Toulouse, avec un mort et deux blessés graves. Ça reste facilement gérable, mais il y a aussi eu beaucoup d’impliqués avec des traumatismes psychologiques par exemple. On peut considérer que c’est de la médecine de catastrophe parce qu’il va y avoir beaucoup de prises en charge, même si ce n’est pas le Bataclan.

Donc c’est toujours difficile de donner un chiffre précis. Si on parle d’un grand nombre de victimes, on doit en avoir un ou deux par an. Mais si on parle d’utilisation des moyens de médecine de catastrophe, quelle que soit l’ampleur, c’est moins. Et aussi, un accident de la route avec trois blessés graves par exemple, ce n’est pas un accident de catastrophe en tant que tel. On n’est pas sur du multi-victimes, on est capable de gérer. Mais la même chose dans le département du Gers, c’est plus compliqué parce que pour orienter les patients derrière, il n’y a pas de bloc opératoire qui puisse faire le déplacement. Donc c’est très variable.

Le nombre de catastrophes devrait-il diminuer avec le temps ?

Le nombre de catastrophes ne diminuera pas mais la réponse qu’on va apporter doit pouvoir être améliorée. On a eu l’idée de monter Sens parce qu’on voit que les professions vont être amenées à travailler sur des catastrophes naturelles, sur des incidents liés à l’activité humaine ou sur des attentats. Il se pourrait que dans quelques années, on ait un ou deux événements par jour qui impliqueraient plusieurs milliers de personnes au niveau mondial.

À quoi ressembleraient ces risques ?

Chez nous, ce seront surtout des épisodes de sécheresse et d'inondation et des grands incendies. Au niveau international, ce sera plutôt la montée des eaux, des tempêtes, des coulées de boue, des cyclones et probablement des mouvements de population, soit liés au dérèglement climatique soit liés aux conflits entre états.
 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17