Les associations de patients dénoncent le paiement à l'acte et plaident pour la capitation

06/01/2023 Par M.G.
Patients

Alors que la grève qui a mobilisé plusieurs milliers de médecins libéraux a eu lieu hier à Paris, l’association de patients France Assos Santé dénonce un système “à bout de souffle”. Elle appelle à une “restructuration de l’offre de proximité et de son financement” et propose ses solutions. En pleine mobilisation des médecins libéraux pour de meilleures conditions de travail, l’association de patients France Assos Santé veut réformer le système de financement de la médecine de ville. Elle critique un système de santé “à bout de souffle fondé sur une rémunération au volume qui ne répond pas au devoir d’assurer des soins de qualité sur tous les territoires de France”. L’association propose une “restructuration de l’offre de proximité et de son financement”. Pour France Assos Santé, revaloriser la consultation, l’une des principales revendications de la grève des libéraux, “sans considérer les besoins de réorganisation d’une offre de soins de proximité de premier recours” risque d’engendrer “la paupérisation des médecins généralistes du secteur 1 et la désaffection du métier”.

L’association suggère plutôt de restructurer l’offre de soins de proximité “avec de meilleures conditions de travail”, une “juste rémunération”, une “bonne répartition géographique” et une “prise en charge des bénéficiaires de l’Assurance maladie mieux coordonnée”. Pour cela, elle demande de nouvelles modalités de financement des soins. L’idée est de “rémunérer les médecins restant attachés à une activité libérale sur une base mixte associant capitation et paiement à l’acte en juste proportion”. “La capitation permet de rémunérer un médecin pour une somme définie, [en] fonction du nombre de patients dont il devient responsable, les montants ainsi alloués au médecin dépendant du nombre de patients inscrits sur sa liste”. L’association d’usagers du système de santé n’oublie pas pour autant les médecins salariés, elle demande à ce qu’ils soient également rémunérés à leur “juste prix”. France Assos Santé dénonce enfin un paiement à l’acte trop présent dans la médecine libérale française, “de 70 à 95%”, contre seulement “maximum 50%” chez d’autres pays comparables à la France, qui peuvent pourtant avoir une “rémunération nette bien supérieure du fait surtout de la capitation”.

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17