Arthrose : le point sur la recherche de nouveaux traitements | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Arthrose : le point sur la recherche de nouveaux traitements

qui reposent sur le freinage du catabolisme osseux (voie WNT, cathepsine K), ou cartilagineux (inhibiteurs de métalloprotéases), l’activation de l’anabolisme ou la régénération du cartilage. "Pour le moment, agir sur l’inflammation en inhibant l’interleukine 1 a été un échec mais la cytokine ciblée n’était peut-être pas la bonne."

Un essai de phase 2 b de 24 semaines, présenté en octobre 2018 par le Dr Yusuf Yazici (San Diego, États-Unis), lors du congrès de l’American College of Rheumatology, a rapporté des résultats intéressants sur le plan fonctionnel dans la gonarthrose, après injections intra-articulaires de lorecivivint, un inhibiteur de la voie WNT impliquée dans le catabolisme osseux. Le MIV-711, un inhibiteur sélectif de la cathepsine K, semble aussi prometteur. Le développement de la sprifermine est, quant à lui, "plus avancé". Cette molécule, qui active la production de cartilage par les chondrocytes en activant les récepteurs du fibroblast growth factor (FGF), a montré dans des résultats préliminaires de l’essai de phase 2 de 2 ans Forward, un effet structural dans la gonarthrose.

La médecine régénérative, qui fait le buzz sur la toile, se développe aussi avec les injections de cellules mésenchymateuses, dont on espère qu’elles auront la capacité de se transformer en chondrocytes fabriquant du cartilage ou de sécréter des molécules anti-inflammatoires ou freinant les processus de dégradation osseuse. Une méta-analyse a conclu à la sécurité de cette stratégie thérapeutique et à ses effets positifs pour améliorer à 1 an scores de douleur et de fonction articulaire dans la gonarthrose (6). "Mais cela reste à vérifier dans un essai randomisé rigoureux", a insisté le Pr Berenbaum. C’est d’ailleurs l’objectif de l’étude Adipoa-2, qui va comparer en double aveugle chez 153 patients, suivis 25 mois, injection dans le genou de cellules mésenchymateuses (à 2 doses) et placebo.

 

Une biothérapie antalgique

Enfin, la lutte contre la douleur reste essentielle dans l’arthrose ; "20 % des patients avec une prothèse de genou continuent de se plaindre de douleurs chroniques". Le nerve growth factor (NGF), une neurotrophine qui intervient dans la transduction du signal douloureux semble être une bonne cible. L’analyse de plusieurs études cliniques de phase 3 contrôlées contre placebo, menées dans la gonarthrose ou la coxarthrose, vient de confirmer que le tanézumab, un anticorps monoclonal humanisé dirigé contre le NGF, a une efficacité intéressante contre la douleur arthrosique (8). Cependant, étant donné un risque certes faible mais significatif d’arthrose rapidement progressive (1 à 3% des patients traités), liée probablement au fait que les patients ne ressentent plus la douleur, "la question sera de savoir à quels patients proposer en priorité cette biothérapie, que l’on administre sous la forme d’injections sous-cutanées toutes les 8 semaines".  

 

1 - Wallace IJ, et al. Proc Natl Acad Sci U S A. 2017;114:9332-9336.

2 - Rausch Osthoff A.K, et al. 2018 EULAR recommendations for physical activity in people with inflammatory arthritis and osteoarthritis. Ann Rheum Dis. 2018;77: 1251-1260.

3 - Leopoldino AO, et al. Cochrane Database of Systematic Reviews 2019, Issue 2. Art. No.: CD013273.

4 - Schmidt M, et al. BMJ 2018;362:k3426.

5 - Zeng C, et al. JAMA. 2019;321:969-982.

6 - Yubo M, et al. PLos One 2017.12(4): e0175449.

7- Tive L, et al. J Pain Res. 2019;12:975-995.

 

 

La prednisolone efficace dans l’arthrose digitale
L’étude randomisée en double aveugle, Hope, menée chez 92 patients (dans 79 % des femmes) avec une arthrose des mains sévère s’accompagnant de synovite, suggère qu’une corticothérapie à faible dose permet de soulager une poussée inflammatoire douloureuse. Les patients ayant reçu 10 mg/j de prednisolone durant 6 semaines présentaient, en effet, un score de douleur nettement plus faible que les patient mis sous placebo (-16,5 points pour l’échelle visuelle analogique). Ce traitement a été bien toléré "et la fonction articulaire s’est significativement améliorée sous celui-ci (p = 0,01), de même que la qualité de vie", a rapporté le Dr Féline Kroon (Centre médical universitaire de Leiden, Pays-Bas). A 12 semaines, après arrêt (sur 2 semaines) de la corticothérapie, la différence avait néanmoins disparu entre les 2 bras.
D’après la communication de : F. Kroon (Leiden, Pays-Bas).
Sources : 

D’après la communication de F. Berenbaum (Paris) lors du Congrès de la Ligue européenne contre les rhumatismes (Eular, Madrid du 12 au 15 juin 2019).

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement
Egora vous recommande également : 

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…