JPP 2017 - Bronchiolites aiguës du nourrisson : des évolutions dans la prise charge | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

JPP 2017 - Bronchiolites aiguës du nourrisson : des évolutions dans la prise charge

Cette affection bénéficie aujourd’hui, dans les formes sévères, de l’utilisation de l’oxygénothérapie à haut débit et du développement de traitements antiviraux.

Très fréquente, puisque 75 % des enfants de moins d’1 an sont infectés par le virus respiratoire syncytial (VRS) et 100 % par des virus potentiellement responsables (rhinovirus...), "la bronchiolite aiguë du nourrisson ne doit pourtant pas être considérée comme une affection bénigne", a souligné le Pr Jacques Brouard (CHU de Caen). Non seulement elle est à l’origine d’une mortalité, certes faible mais non nulle (0,08 %). Mais, elle augmente la probabilité de survenue d’un asthme, et même de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) à l’âge adulte. Une méta-analyse de 20 études, publiée en 2015, a confirmé que le risque est doublé chez les enfants prématurés, de faible poids de naissance, en l’absence d’allaitement maternel, en cas de logement exigu ; et il est majoré de 20 % à 60 % en cas de sexe masculin, d’atopie, de tabagisme maternel... (1). 

 "Malheureusement, on ne dispose pas de score prospectif consensuel pour apprécier la gravité de la maladie et décider d’une hospitalisation", ajoute le Pr Brouard.  En pratique, la sévérité de l’infection devra donc être appréciée sur la clinique, un paramètre important étant, outre la détresse respiratoire, la prise ou non des repas par l’enfant. La mesure du niveau de saturation en oxygène par oxymétrie peut être utile dans les bronchiolites sévères, mais a probablement été trop prise en compte par les équipes pédiatriques. Ce qui a engendré un excès d’hospitalisations.

Les tests de diagnostic rapide peuvent avoir un intérêt pour rechercher le VRS, "les symptômes n’ayant aucune spécificité selon l’étiologie virale", a indiqué le Dr Astrid Vabret, médecin biologiste à Caen.  

Les traitements médicamenteux utilisés jusqu’ici -bronchodilatateurs, dexaméthasone, ou plus récemment soluté salin hypertonique- n’ont pas fait la preuve de leur efficacité de même que la kinésithérapie, a souligné le Pr Vincent Gajdos (Hôpital Antoine Béclère, Clamart, 92). Les antibiotiques ont peu d’indications. En revanche, on sait aujourd’hui que  la nutrition entérale fait aussi bien que la nutrition parentérale. Ce qui réduit les coûts. Et, comme l’ont démontré plusieurs études récentes, l’oxygénothérapie à haut débit représente un traitement efficace chez ces patients. "Une étude française est en cours pour évaluer l’intérêt de ce traitement", a mentionné le Dr Gajdos.

 

De nouvelles molécules prometteuses

Le palivizumab, un anticorps dirigé contre le VRS, dispose d’une autorisation de mise sur le marché, pour prévenir les bronchiolites graves à VRS des prématurés ou des enfants ayant reçu un traitement pour dysplasie broncho-pulmonaire. Une étude, menée chez des enfants prématurés, vient de montrer...

Sources : 

D’après la communication de D’après les communications de J. Brouard (Caen), A. Vabret (Caen), V. Gajdos (Clamart) lors des Journées Parisiennes de Pédiatrie (JPP, 6 et 7 octobre 2017).

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…