La taxation des boissons sucrées et light permet d’en réduire la consommation | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La taxation des boissons sucrées et light permet d’en réduire la consommation

Dans l’objectif de réduire la consommation de boissons sucrées, les responsables politiques peuvent mettre en place des taxes sur certaines boissons. En janvier 2017, Philadelphie (Pennsylvanie) est devenue la deuxième ville des États-Unis à instaurer une taxe d'accise sur les boissons, à raison d’environ 6 centimes par litre. L’accise est une taxe portant sur une quantité et non sur une valeur, elle est déjà appliquée pour l’alcool dans le but d’en réduire la consommation.

Quel a été l’effet de cette taxe non seulement sur le prix des boissons mais aussi sur les volumes vendus à Philadelphie et cela en comparaison de Baltimore, dans la Maryland, où la taxe n’est pas appliquée ? D’autre part, la mise en place de cette taxe et la baisse des volumes vendus, s’est-elle accompagnée d’une augmentation des échanges avec les zones limitrophes de Philadelphie où la taxe n’est pas appliquée et cela dans le but d’éviter d’avoir à payer cette taxe ?

L’étude a comparé les changements observés entre le 1er janvier 2016 (avant mise en place de la taxe) et le 31 décembre 2017 (un an après la mise en place de la taxe). Au total, ce sont 291 lieux de vente (54 supermarchés, 20 grossistes, 217 pharmacies) qui ont été analysés. À Philadelphie et à Baltimore, le prix moyen par unité de volume de boissons taxées a augmenté dans tous les magasins au cours des périodes après mise en place de la taxe et les ventes au volume des boissons taxées, mesurées par période de 4 semaines, ont diminué dans tous les types de magasins.

Par rapport à Baltimore, Philadelphie a connu une hausse nettement plus importante du prix des boissons taxées et une baisse beaucoup plus importante du volume de boissons taxées vendues. Le volume total des ventes de boissons taxées à Philadelphie a diminué de 5 milliards de litres, passant de 10 à 5 milliards, après mise en place de la taxe. Les ventes en volume dans les zones voisines (non taxées) de Pennsylvanie ont augmenté de 1,2 milliards de litres (passant de 3 à 4,2 milliards), compensant ainsi, en partie (24,4 %), la diminution des ventes en volume de Philadelphie.

En conclusion, à Philadelphie, en 2017, l’imposition de la taxe d'accise (taxe sur le volume vendu) sur les boissons sucrées et light s’est accompagnée d’une augmentation considérable du prix des boissons et d’une baisse importante du volume vendu des boissons taxées. Cette baisse du volume des ventes de boissons taxées a été partiellement compensée par une augmentation du volume des ventes dans les zones limitrophes.

Sources : 

Roberto CA et al. Association of a beverage tax on sugar-sweetened
and artificially sweetened beverages with changes in beverage prices and sales at chain retailers in a large urban setting. JAMA 2019;321:1799-1810.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31087022

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…