Chirurgie de l’obésité : des hypoglycémies aussi fréquentes mais plus graves après bypass gastrique Roux-en-Y versus sleeve gastrectomie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Chirurgie de l’obésité : des hypoglycémies aussi fréquentes mais plus graves après bypass gastrique Roux-en-Y versus sleeve gastrectomie

Au cours des 40 dernières années, la prévalence de l’obésité a quasiment doublé dans le monde, si bien qu’en 2014, 39 % de la population mondiale était en surpoids et 13 % obèse. Les traitements chirurgicaux bariatriques sont donc de plus en plus utilisés et, dans le monde, le bypass gastrique Roux-en-Y réalisé dans 49 % des cas alors que la gastrectomie sleeve est faite dans 43 % des cas.

Si la chirurgie bariatrique a des résultats remarquables en termes de santé avec, en particulier, une rémission du diabète de type 2, elle a aussi quelques effets secondaires métaboliques graves dont la survenue d’hypoglycémies, parfois sévères, dont l’incidence exacte est mal connue. Dans le cadre d’une étude ouverte randomisée conduite à Rome (Italie), au cours de laquelle le bypass gastrique a été comparé à la sleeve, l’incidence des hypoglycémies (< 3.1 mmol/l après 75 g de glucose) un an après la chirurgie a été évaluée de même que les hypoglycémies dans la vie quotidienne.

Sur 175 patients éligibles, 120 ont été randomisés, la moitié dans le groupe gastrectomie sleeve, la moitié dans le groupe bypass gastrique. 117, soit 93 %, ont fini l’étude de suivi de 12 mois. Une hypoglycémie réactive a été détectée chez 14 % des patients ayant eu une sleeve gastrectomie durant l’année suivant la procédure et chez 29 % des patients ayant eu un bypass gastrique Roux-en-Y (p = 0.079). Les épisodes hypoglycémiques quotidiens au cours d’une surveillance continue de la glycémie n’étaient pas différents entre les 2 groupes (p = 0.75). Quatre des 59 sujets qui avaient eu un bypass gastrique Roux-en-Y ont dû être hospitalisés 1 à 3 fois pour des hypoglycémies symptomatiques neuroglycopéniques entre 9 mois et 12 mois après la chirurgie. Au cours de la surveillance continue de la glycémie, 8 patients dans le groupe gastrectomie sleeve et 6 dans le groupe Roux-en-Y ont eu 1 à 4 épisodes hypoglycémiques. Dans 57 % des cas du groupe sleeve gastrectomie, les hypoglycémies étaient post-prandiales et dans 43 % des cas elles étaient nocturnes. Dans le groupe bypass gastrique Roux-en-Y, la plupart (55 %) sont survenues pendant la nuit. L’index de sensibilité a augmenté après les deux traitements (p<0.001) mais l’index de sensibilité au glucose dynamique a augmenté de manière significative après sleeve gastrectomie (p = 0.08) alors qu’il a diminué après bypass gastrique Roux-en-Y (p = 0.004). La sensibilité à l’insuline globale a augmenté de 10 fois environ dans les deux groupes.

En conclusion, l’hypoglycémie réactive n’est pas moins fréquente après sleeve gastrectomie qu’après bypass gastrique Roux-en-Y mais le bypass gastrique Roux-en-Y est associé à des épisodes hypoglycémiques plus sévères. Ceci est probablement en rapport avec l’absence d’amélioration de la sensibilité des cellules β aux variations de la glycémie circulante après bypass gastrique Roux-en-Y qui détermine une sécrétion d’insuline élevée de manière inappropriée.

Sources : 
Capristo E. et al. Incidence of hypoglycemia after gastric bypass vs sleeve gastrectomy : a randomized trial. J Clin Endocrinol Metab 2018 ; 103 : 2136-2146.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…