Maladie cœliaque : ce qu'il faut savoir pour bien la diagnostiquer | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Maladie cœliaque : ce qu'il faut savoir pour bien la diagnostiquer

Vingt pour cent seulement des maladies cœliaques sont diagnostiquées, ont déploré les experts médicaux et scientifiques qui ont assisté au 18e congrès international sur la maladie cœliaque et les pathologies liées au gluten, qui s’est déroulé à Paris du 5 au 7 septembre derniers.

 

 

Les spécialistes, rassemblés lors de l’International Celiac Disease Symposium (ICDS), ont souligné l’importance de mieux diagnostiquer la maladie cœliaque. Alors que de nombreuses personnes dans la population suivent un régime alimentaire sans gluten, pas forcément fondé, le paradoxe est aujourd’hui que seulement 20 % des patients avec une maladie cœliaque (MC) ou intolérance au gluten sont identifiés. Or, a rappelé le Pr Christophe Cellier (Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris), lors d’une conférence de presse organisée le 6 septembre à Paris, la maladie cœliaque peut s’accompagner de complications, comme une déminéralisation osseuse.

Celle-ci est due à une malabsorption de calcium secondaire à l’atrophie villositaire de l’intestin grêle induite par la réaction auto-immune contre la gliadine. La MC peut aussi s’associer à des affections auto-immunes, diabète de type 1, thyroïdite auto-immune, dermatite herpétiforme, et lorsque le régime sans gluten n’est pas suivi, donner lieu à la formation de tumeurs malignes (sprue réfractaire, lymphome T, adénocarcinome du grêle).

La difficulté est que cette affection fréquente et dont la prévalence augmente (autour de 1 % actuellement), ce qui ne semble pas être expliqué seulement par un plus fort recours au dépistage, est dans 80 % des cas pauci ou asymptomatique. Les recommandations actuelles sont de doser les auto-anticorps de classe IgA anti-transglutaminase, "seul test de dépistage remboursé par l’Assurance maladie", devant non seulement les symptômes classiques de la maladie (amaigrissement, diarrhée) mais, notamment chez l’adulte, des signes plus frustres comme une anémie, une élévation inexpliquée des transaminases, des aphtes récidivants, des symptômes mimant les troubles fonctionnels intestinaux, une infertilité, a expliqué le Pr Cellier.

Un surpoids n’élimine pas ce diagnostic "et 30 % des patients américains sont obèses". Beaucoup d’équipes recherchent la maladie...

Sources : 
D’après une conférence de presse lors de l’International Celiac Disease Symposium (ICDS, Paris 5-7 sptembre 2019)

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…