Diagnostic de phéochromocytome : le dosage des métanéphrines dans les urines du matin n’est pas suffisant | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Diagnostic de phéochromocytome : le dosage des métanéphrines dans les urines du matin n’est pas suffisant

Le diagnostic de phéochromocytome repose sur le dosage des dérivés méthoxylés urinaires sur les urines de 24 heures. Une équipe allemande s’est demandée si un simple dosage sur les urines recueillies le matin au lever (plus simple à effectuer que le recueil des urines de 24h) pouvait suffire au diagnostic en comparaison des dosages effectués sur les urines de 24 heures et des dosages de métanéphrines plasmatiques. L’étude prospective, multicentrique, a impliqué 706 patients testés à la recherche d’un phéochromocytome ou d’un paragangliome pour lesquels la tumeur a été confirmée...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…