Les femmes ayant un SOPK ont majoritairement un comportement très sédentaire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les femmes ayant un SOPK ont majoritairement un comportement très sédentaire

L’hygiène de vie est le traitement de première ligne chez les femmes ayant un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Une équipe australienne a donc analysé l’activité physique et le comportement sédentaire de femmes ayant ou non un SOPK et la façon dont elles se conformaient aux recommandations sur l’activité physique pour le SOPK. Pour cela, ils ont fait une étude transversale chez des femmes âgées de 22 à 27 ans dans le cadre de la Australian Longitudinal Study on Women’s Health , menée en 2019 à partir de données collectées...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…