Les graisses alimentaires sont associées au risque de diabète de type 2 quel que soit le fond génétique des patients diabétiques de type 2 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les graisses alimentaires sont associées au risque de diabète de type 2 quel que soit le fond génétique des patients diabétiques de type 2

Le diabète de type 2 est une maladie complexe dépendant à la fois de facteurs génétiques et de facteurs environnementaux tels que le style de vie. Les recommandations diététiques visant à améliorer la qualité de l’alimentation sont cruciales pour la prévention du diabète de type 2 et son traitement.

Afin d’analyser plus en détail le poids génétique du diabète de type 2 et son effet sur l’association entre la qualité des graisses alimentaires et l’incidence du diabète de type 2, une méta-analyse des données individuelles de plusieurs cohortes prospectives a été menée aux Etats-Unis. Il s’agissait de cohortes prospectives dont les résultats ont été publiés entre 1970 et 2017. Ces cohortes devaient avoir des données génétiques sur le génome entier et des informations sur le type de graisses consommées ainsi que sur l’incidence du diabète de type 2.

Sur 102 305 participants provenant de ces 15 études de cohorte, 20 015 sont devenus diabétiques de type 2 au cours d’un suivi médian de 12 ans. Le hazard ratio de la survenue d’un diabète de type 2 par augmentation de 10 allèles à risque dans le score de risque polygénique était de 1.64 (IC 95 % = 1.54 à 1.75). L’augmentation des graisses polyinsaturées et celle des oméga 6 totaux polyinsaturés au détriment des hydrates de carbone était associée à une réduction du risque de diabète de type 2 : le hazard ratio est de 0.90 (0.82 à 0.98) par augmentation de 1 g/jour des graisses polyinsaturées et de 0.99 (0.97 à 1) par augmentation de 1 g/jour des oméga 6 totaux polyinsaturés. En revanche, augmenter les graisses monoinsaturées à la place des hydrates de carbone était associé à un risque supérieur de diabète de type 2 (HR = 1.1 ; 1.01 à 1.19 pour 5 % d’énergie). Il n’y avait pas d’interaction significative entre la qualité des graisses dans l’alimentation et le score de risque polygénique pour le risque de diabète de type 2.

Ces données indiquent donc que le poids génétique et la qualité des graisses alimentaires sont chacune associées avec l’incidence du diabète de type 2. Les données actuelles ne sont pas en faveur de recommandations spécifiques en termes de qualité de graisses alimentaires adaptées à la prévention primaire du diabète de type 2 et suggèrent que les graisses alimentaires sont associées au risque de diabète de type 2 quel que soit le fond génétique des patients diabétiques de type 2.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…