Journées européennes de la SFC : une évolution des pratiques dans les coronaropathies | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Journées européennes de la SFC : une évolution des pratiques dans les coronaropathies

Les 28èmes Journées européennes de la Société française de cardiologie, qui se sont déroulées à Paris du 17 au 20 janvier 2018, ont permis de présenter les principales avancées de la spécialité.

 

Les données de plusieurs études, publiées cette année, pourraient déboucher sur des modifications de la prise en charge thérapeutique dans le choc cardiogénique, l’angor stable, la fibrillation atriale, et certaines formes rares d’insuffisance cardiaque liées à l’amylose. Ce congrès a aussi permis de détailler les apports de registres mis en place par les cardiologues comme Disco dans la dissection coronaire, et Crac chez les patients ayant subi une angioplastie coronaire.  

Ainsi, que ce soit dans la prise en charge du choc cardiogénique, du post-infarctus, ou de la maladie coronaire stable, de nouvelles données thérapeutiques ont été présentées.

"S’il ne représente que 5 % environ des syndromes coronaires aigus en France, le choc cardiogénique reste une pathologie grave", a précisé le Dr Olivier Barthélémy (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris). "La revascularisation myocardique est le seul traitement, qui a démontré ses bénéfices dans cette affection cardiaque", a-t-il ajouté. "Jusqu’ici, les recommandations de la Société européenne de cardiologie préconisaient de pratiquer un geste de reperméabilisation multivasculaire par angioplastie chez les patients multitronculaires, qui représentent la majorité des malades avec un choc cardiogénique, en dépit de conclusions discordantes entre, d’une part, essais cliniques randomisés privilégiant ce traitement et études de registre rapportant un accroissement de la mortalité à court terme avec ce geste".

Les données de l’étude Culprit-Shock, qui a comparé angioplastie immédiate de tous les lits coronaires avec celle de la seule lésion coronaire responsable, chez 686 patients avec des lésions multitronculaires victimes de choc cardiogénique après infarctus du myocarde "devraient déboucher sur un changement des recommandations européennes", a indiqué le Dr Barthélémy (1). "Cet essai, qui est le plus vaste jamais réalisé en Europe dans le choc cardiogénique", a en effet mis en évidence une différence de 10 points à 30 jours, en faveur de la seule revascularisation immédiate de la lésion...

Sources : 

Journées européennes de la Société française de cardiologie (Paris, 17-20 janvier 2018). D’après les communications de : O. Barthélémy (Paris), J. Silvain (Paris), G. Rangé (Chartres).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…