Hypertension artérielle essentielle et hyperaldostéronisme primaire: à pression artérielle équivalente, les complications sont-elles les mêmes ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Hypertension artérielle essentielle et hyperaldostéronisme primaire: à pression artérielle équivalente, les complications sont-elles les mêmes ?

Les données concernant l’augmentation du risque cardiovasculaire et cérébrovasculaire chez les patients ayant un hyperaldostéronisme primaire (HAP) par rapport au risque de l’hypertension artérielle essentielle sont disparates et reposent sur des études hétérogènes.

Afin de comparer l’association de l’HAP et celle de l’HTA essentielle avec les événements cardiaques, cérébrovasculaires, les lésions des organes cibles (rein et œil notamment), le diabète et le syndrome métabolique, une méta-analyse des études prospectives et rétrospectives observationnelles qui avaient comparé les patients ayant un HAP et une hypertension essentielle a été menée par un groupe italien.

Trente et une études, portant sur 3 838 patients ayant un HAP et sur 9 284 patients ayant une HTA essentielle, ont été identifiées. Après un suivi médian de 8.8 années (intervalle inter quartile = 6.2-10.7) à partir du diagnostic d’HTA, en comparaison de ceux qui ont une HTA essentielle, les patients qui ont un HAP ont une augmentation du risque d’accidents vasculaires cérébraux (odds ratio = 2.58 ; IC 95 = 1.93-0.45), du risque d’événement coronarien (OR = 1.77 ; 1.10-2.83), du risque de fibrillation auriculaire (OR = 3.52 ; 2.06-5.99) et du risque d’insuffisance cardiaque (OR = 2.05 ; 1.13-3.78).

Ces résultats sont les mêmes que les patients aient un adénome de Conn ou une hyperplasie bilatérale des surrénales à l’origine de l’HAP et il n’y avait pas de différence entre les 2 sous-groupes. De même, l’HAP augmente le risque de diabète (OR = 1.33 ; 1.01-1.74), le risque de syndrome métabolique (OR = 1.53 ; 1.22-1.91) et le risque d’hypertrophie ventriculaire gauche (OR = 2.29 ; 1.65-3.17) en comparaison de l’HTA essentielle.

En conclusion, à ancienneté et sévérité d’HTA identique, l’hyperaldostéronisme primaire a donc un effet délétère supérieur à celui de l’HTA essentielle en termes d’événements coronariens et cardiovasculaires, en termes de complications cardiaques mais aussi de diabète et de syndrome métabolique. Il est donc important de faire le diagnostic d’hyperaldostéronisme primaire et d’initier rapidement les traitements spécifiques chez ces patients.

Sources : 

Monticone S. et al. Cardiovascular events and target organ damage in primary aldosteronism compared with essential hypertension : a systematic review meta-analysis. Lancet Diabetes Endocrinol 2018 ; 6 : 41-50.  

Funder. Primary aldosteronism and cardiovascular risk, before and after treatment. Lancet Diabetes Endocrinol 2018 ; 6 : 5-

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…