Allergies : peu de problèmes à l’école | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Allergies : peu de problèmes à l’école

La plupart des enfants allergiques peuvent suivre toutes les activités scolaires et périscolaires, y compris sportives.

« En milieu scolaire, les problèmes liés aux allergies sont rares », précise le Dr Isabelle Bossé*, médecin allergologue à la Rochelle et, par ailleurs, présidente du Syndicat français des allergologues (Syfal).

« Les allergies aux acariens, survenant chez les petits lorsqu’on utilise de vieux matelas pour la sieste, sont exceptionnelles et les risques liés aux peluches limités car les doudous sont en général ceux de l’enfant. Il arrive que l’on observe, chez des enfants très allergiques, des allergies aux poils de chats, car les allergènes, très légers et volatils peuvent se déposer sur les vêtements. Mais ceci est peu fréquent, car les quantités d’allergènes rencontrées sont très faibles ». Durant la période de pollinisation, au printemps, notamment à la campagne, certains enfants peuvent en revanche développer des rhino-conjonctivites allergiques en raison de la présence d’arbres dans la cour de récréation.

 

Prévenir l’asthme d’effort

L’asthme d’effort se rencontre en général,  à partir de l’âge de 9-10 ans,  le plus souvent au collège, et est plus fréquemment déclenché par des sports d’endurance comme la course, les séances d’échauffement, en particulier dans des conditions de froid sec, qui aggrave les phénomènes de bronchoconstriction. Cette manifestation sera prévenue par le traitement de la maladie asthmatique.  Ou, lorsque l’asthme d’effort est isolé, par la prise de deux bouffées de salbutamol, 10 à 15 minutes avant la réalisation de l’exercice, qui seront répétées si besoin durant celui-ci. « Il est très important d’expliquer aux enfants que s’ils sont très essoufflés, il faut arrêter transitoirement leur effort et ne le reprendre que lorsqu’ils auront complètement récupéré leur respiration. Mais, l’asthme d’effort ne doit pas empêcher l’activité physique. Et,  sauf, dans le cas des rares asthmes très sévères, les jeunes allergiques peuvent suivre toutes les séances de sport », insiste le Dr Bossé.

« La natation n’est pas vraiment un sport asthmogène , et certains nageurs de haut niveau comme Mark Spitz étaient d’ailleurs asthmatiques », fait remarquer cet allergologue. Les allergies au chlore sont très rares. Mais, on peut rencontrer des irritations des voies respiratoires liées aux substances désinfectantes.  « En réalité, les seules contre-indications à la fréquentation de la piscine concernent les très jeunes enfants allergiques. Certains, lorsqu’ils sortent de celle-ci les cheveux mouillés, attrapent froid, et parce que leur muqueuse respiratoire inflammée se défend moins bien contre les germes, peuvent multiplier les infections ORL ».

Vérifier les PAI

Chez les enfants avec une allergie alimentaire, « il faut que les Projet d’accueil individualisé (PAI) qui pourraient d’ailleurs évoluer prochainement, soient prêts en temps et en heure. En général, c’est le cas mais leur mise en place nécessite parfois plusieurs mois car nous nous heurtons au manque de médecins scolaires », regrette...

Sources : 

D’après un entretien avec le Dr Isabelle Bossé* (La Rochelle), et un communiqué de la Fédération française d’allergologie (2 juin 2020) 

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…