NASH : la consommation de fructose à partir des jus de fruit ou des boissons sucrées est associée à une augmentation du contenu intra-hépatique en lipides

23/05/2022 Par Pr Philippe Chanson
Hépato-gastro-entérologie
La stéatohépatopathie non alcoolique (NASH) est très prévalente chez les diabétiques de type 2 et devient une cause majeure de transplantation hépatique. De plus, on dispose maintenant d’arguments épidémiologiques pour montrer que la NASH est en soi un facteur de risque de diabète de type 2. Il y a eu un long débat pour savoir si le fructose alimentaire était un facteur de risque de NASH. Les données sont convaincantes chez l’animal mais moins chez l’homme.  

Ceci a conduit une équipe néerlandaise à analyser la relation entre les différentes sources de fructose et le contenu intra-hépatique en lipides dans le cadre de l’étude MAASTRICHT dont les données transversales ont été utilisées. L’étude de MAASTRICHT était une étude de population portant sur 3 981 sujets d’âge moyen 60 ± 9 ans dont la moitié étaient des femmes. Les chercheurs ont évalué la relation entre la consommation de fructose évaluée par un questionnaire alimentaire (consommation totale ou consommation dérivée des jus de fruit et des boissons sucrées) et le contenu hépatique en lipides quantifié par IRM. La consommation totale de fructose ajustée à la consommation calorique (p = 0.647) et la consommation en fructose provenant des fruits, ajustée à la consommation calorique (p = 0.767) n’étaient pas associées au contenu lipidique hépatique dans les modèles ajustés. En revanche, la consommation de fructose ajustée à la consommation énergétique à partir des jus de fruit et des boissons sucrées était associée à un contenu en lipides intra-hépatiques supérieur dans les modèles ajustés (respectivement p = 0.019 et p = 0.009). En comparaison du tertile inférieur, les sujets dans le tertile supérieur de consommation de fructose à partir des jus de fruit avaient un contenu intra-hépatique en lipides 1.04 fois supérieur (IC 95 % = 0.99 – 1.11) ; il était 1.09 fois supérieur (1.03 – 1.16) chez les sujets du tertile supérieur de consommation de fructose dans les boissons sucrées. Finalement, l’association entre le fructose provenant des jus de fruit était supérieure chez les sujets diabétiques de type 2. En conclusion, la consommation de fructose provenant des jus de fruit ou des boissons sucrées est associée de manière indépendante à un contenu supérieur en lipides intra-hépatiques. Il paraît donc logique de réduire l’apport en fructose à partir des boissons sucrées au fructose pour prévenir la NASH dans la population. 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17