stop

L'esprit carabin ne doit plus être une excuse aux violences sexistes et sexuelles, affirment les auteurs d'une tribune

Dans une tribune parue dans Libération le 7 mai, des médecins, soignantes et soignants décryptent “le système” qui mène à ces abus et identifient des pistes pour y remédier.

07/05/2024 Par Pauline Machard
Violences sexistes et sexuelles Hôpital
stop

Un collectif de médecins a publié ce 7 mai dans Libération une tribune pour mettre fin aux violences sexistes et sexuelles “quasi institutionnelles”, subies par des médecins, des infirmiers et infirmières, des aides-soignants et aides-soignantes, des personnels administratifs, à l’hôpital. Hôpital auquel ils sont “attachés”. Parmi les premiers signataires, la Pre Karine Lacombe, cheffe de service à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP), qui a récemment accusé l’urgentiste Patrick Pelloux de harcèlement sexuel.

Les signataires dénoncent un “système”, qui trouve une justification dans “l’esprit carabin”. Soit “cette particularité soi-disant folklorique des études médicales françaises [qui] permettrait d’entendre quotidiennement des phrases comme : ‘Vas-y tiens l’écarteur comme t’écartes les cuisses !”, ou “Je te prends comme cheffe de clinique si tu t’engages à ne pas tomber enceinte !”, illustrent-ils. Mais aussi, “plus récemment ‘maintenant avec #Metoo, on ne peut plus rien faire’”.

Face à cela “nous suivons tous·tes” des préceptes, écrivent les auteurs : “Subir, être témoin et se taire. Cautionner et sourire. Surtout ne pas passer pour des victimes dans ce monde où pour être respecté il faut être fort et dur”, écrivent-ils, “et c’est ainsi que les violences banalisées perdurent, s’aggravent [...]”.

“Adieu à l'impunité”

Les auteurs mettent évidence les ressorts qui empêchent de parler : le parole contre parole ; la dissuasion permanente ; la peur (de l’exclusion, de la mise au ban) ; celle de “se voir empêcher dans sa progression de carrière” : “la confraternité imposée”. Pour y remédier, admettent-ils, “la tâche est immense”, car les hôpitaux sont “structurés avec un système hiérarchique patriarcal verrouillé”, avec des femmes sous-représentées dans les postes décisionnels clés. Et le sort de celles-ci est souvent suspendu au “bon vouloir d’une seule personne, ‘le’ chef de service”.

Ils lancent des pistes pour impulser le changement : faire “un état des lieux” et reconnaître l’ampleur du problème ; Identifier “les verrous de parole, les faire sauter” ; “sanctionner les personnes qui se considèrent comme intouchables”. Pour eux, les institutions doivent “favoriser la prise de parole, la consignation des plaintes, avertir, voire sanctionner, les personnes ciblées par des plaintes et non les exfiltrer”. Ils enjoignent aussi les universités à “s’engager à une protection pédagogique obligatoire pour les étudiant·e·s portant plainte ou témoignant afin de ne pas être pénalisé·e·s dans leur cursus de formation”. Ils prônent aussi un “mode de management horizontal et participatif”, pour remédier, du moins en partie à l’impunité de certains “mandarins”. 

“Nous voulons affirmer : ‘Désormais on se relève, on reste, et on en finit avec l’impunité”, écrivent-ils, paraphrasant une tribune de Virginie Despentes publiée en 2020 suite à la cérémonie des Césars. “Soignant·e·s, administratif·ves, patient·es, relevons-nous pour pouvoir dire ensemble : ‘Adieu à l’impunité !”, concluent-ils. 

[Avec Libération

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17