"Dans l'inconscient collectif, les soignants sont devenus des irresponsables" : médecin, elle s'oppose à l'obligation vaccinale | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Dans l'inconscient collectif, les soignants sont devenus des irresponsables" : médecin, elle s'oppose à l'obligation vaccinale

Alors que l'exécutif réfléchit à imposer l'immunisation par le vaccin aux soignants et que plusieurs instances et médecins militent en sa faveur, le Dr Sophie Crozier, neurologue à l'hôpital de la Pitié Salpétrière, pro vaccin signataire de la tribune "Vaccination obligatoire des soignants : 'pourquoi le Gouvernement se trompe de combat'", publiée dans L'Express, explique en quoi, selon elle, ce n'est pas la solution. 
 

Egora.fr : De manière générale, quelle est votre position concernant la vaccination des soignants contre le Covid-19 ?

Dr Sophie Crozier : Pour moi, la vaccination des soignants contre le Covid-19 est essentielle, indispensable, urgente ! De tous les soignants. Plus encore, je considère que c’est un devoir moral pour protéger les patients. C’est l’une des seules solutions pour pouvoir sortir de la pandémie, pour retrouver les amis, la famille… La campagne de communication de l’ARS Paca sur les “effets désirables” du vaccin est assez parlante. Je suis donc archi favorable à la vaccination et je trouve ça très embêtant, voire grave, que des soignants n'aient pas fait cette démarche. Ce qui me pose question, c’est la méthode : l’obligation légale. Il y a une différence entre une vaccination vue comme un devoir moral et une vaccination obligatoire, et donc assujettie à des sanctions juridiques.

 

Votre réticence n’est-elle pas déjà liée à la difficulté de déterminer ce que recouvre chez les soignants le non-recours au vaccin ?

Si tout à fait. Personne aujourd’hui - ni les signataires de la pétition en faveur de l'obligation vaccinale, ni les signataires, dont je fais partie, d'une tribune s'y opposant - n’a une idée des raisons pour lesquelles le personnel soignant est insuffisamment vacciné : il n’y a pas eu d’études sociologiques, anthropologiques, sur le sujet. Il est important selon moi d’essayer de comprendre ce non-recours des soignants : est-ce qu’il traduit vraiment un refus du vaccin ? N’est-il pas plutôt lié à une perte de confiance, voire à une colère envers les institutions (absence d’écoute, de reconnaissance…) ? Ou à une communication scientifique brouillée, les soignants ayant reçu au fil de la crise de nombreux messages contradictoires ?  A un différentiel d’information scientifique, entre personnel médical et non-médical (moins vacciné) ? Ou est-ce dû au fait que des personnels soignants ayant déjà attrapé le Covid se considèrent protégés ?, etc.

 

Vous dites que rendre obligatoire la vaccination contre le Sars-CoV-2 stigmatiserait la population des soignants… En quoi ?

Parce que cibler les personnels soignants uniquement, même si ça se comprend car ils sont au contact de personnes vulnérables, c’est les accuser de mise en danger d’autrui, alors même que l’an dernier, on nous demandait d’aller travailler en étant positif mais sans symptômes, en respectant les gestes barrières. Et alors même qu'au quotidien, le sous-effectif, le manque de moyens à l'hôpital public, mettent en danger les patients. Les cibler, c'est aussi les rendre responsables...

68 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…