La vente de paracétamol limitée à une boîte par personne

18/03/2020 Par Louise Claereboudt
Médicaments
À partir de ce mercredi 18 mars, les pharmaciens ne pourront délivrer sans ordonnance qu’une seule boîte de paracétamol par patient ne présentant aucun symptôme, ou deux en cas de douleurs ou fièvre, a annoncé l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).
 

Ce mardi 17 mars, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a pris la décision de limiter la vente de paracétamol à une seule boîte (500 mg ou 1g) par patient ne présentant aucun symptôme, ou deux en cas de symptômes. L’ANSM, qui alerte sur un risque de prescription et de stockage inutile, a également suspendu la vente sur Internet des médicaments à base de paracétamol, d'ibuprofène et d'aspirine. L’objectif : garantir la disponibilité de ce médicament recommandé pour combattre les symptômes liés au coronavirus. Dans ce contexte épidémique, l’ANSM appelle en effet les patients et les professionnels de santé à privilégier l’utilisation du paracétamol, les anti-inflammatoires pouvant “masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations”. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, ainsi que l’Organisation mondiale de la Santé ont également alerté sur les dangers possibles des anti-inflammatoires.

Le groupe Sanofi, producteur de doliprane, a, de son côté, effectivement constaté une augmentation de la demande de paracétamol. “Nous sommes tous responsables et chacun doit avoir un comportement raisonné dans l’achat de ses médicaments, en se limitant à la quantité dont on a effectivement besoin”, a souligné le groupe. Pour l’heure, aucune pénurie de médicament n’est toutefois à déplorer, selon la fédération française de l'industrie pharmaceutique (Leem). L’Agence sanitaire appelle cependant les personnes à respecter les règles de bon usage. “En cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie irréversibles dans certains cas”, indique-t-elle. En l’absence d’ordonnance, elle recommande de prendre la dose la plus faible (500mg), de “respecter la dose maximale par prise, la dose maximale quotidienne, l'intervalle minimum entre les prises et la durée maximale de traitement recommandée (3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l'absence d'ordonnance)”. Pour les patients traités par anti-inflammatoires ou par corticoïdes, elle leur préconise de ne pas arrêter leur traitement et de se rapprocher de leur médecin, si nécessaire.   Retrouvez notre direct sur l'épidémie de coronavirus ici.   [avec AFP]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
13 débatteurs en ligne13 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17