Traitement d'un cancer avec du radis noir : le médecin homéopathe radié

28/10/2017 Par Sandy Bonin
Déontologie

Cette semaine, Le Parisien a consacré une enquête à l'homéopathie. Le quotidien en a profité pour dévoiler une affaire datant d'août 2016 mais non médiatisée. Un médecin homéopathe a été radié deux ans par l'Ordre pour avoir soigné une patiente souffrant d'un cancer du sein à base de radis noir et de gui.

Depuis le 1er aout 2016, ce médecin homéopathe exerçant dans le sud-est de la France ne peut plus exercer la médecine. Le Conseil national de l'ordre des médecins a estimé que le praticien "a gravement compromis la santé de sa patiente". Cette condamnation fait suite à la plainte de ladite patiente, déposée le 20 septembre 2012, puis relayée par sa famille après son décès le 18 mars 2013 des suites d'un cancer du sein. L'Ordre estime que le praticien a manqué à ses obligations déontologiques : "Ignorant son cancer, il ne lui prescrit aucun autre examen et ne prend pas contact avec l'hôpital de Grasse (Alpes-Maritimes), où elle était suivie. Au contraire, il se borne à établir des prescriptions homéopathiques diverses comme radis noir, chardon marie, noyer, arnica, comportant la mention à visée oncologique."  Surtout, l'ordre lui reproche d'avoir procédé à 28 injections de Viscum album, c'est-à-dire du gui, dans le sein même de la patiente, en pourtour de la tumeur cancéreuse. "Il lui a ainsi laissé croire que ce traitement pouvait avoir un impact sur l'évolution même du cancer, la confortant ainsi dans sa conviction de pouvoir échapper au traitement classique", estime le jugement. "Mme F. avait connaissance des limites de la médecine que je pratique, je n'ai jamais pu promettre à la patiente la guérison, je ne lui ai pas proposé de remèdes illusoires", s'est défendu le médecin lors de son audition. Il affirme l'avoir incitée à retourner voir les médecins qui la suivaient en cancérologie, mais le dossier médical n'en mentionne aucune trace.  "La seule circonstance que Mme F. aurait renoncé au traitement chimiothérapique n'exonère par le docteur D. de sa responsabilité. Il devait en effet prodiguer à l'intéressée des soins conformes à son état de santé et aux données acquises de la science, en faisant, le cas échéant, appel à des tiers compétents, ce qu'il n'a pas fait. Il semble même qu'il ait délivré à Mme F. de fausses informations sur la réalité de son état de santé", conclut le jugement. [Avec leparisien.fr]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17