Ictère, palu et autres petits secrets du patient de Gaulle | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Ictère, palu et autres petits secrets du patient de Gaulle

Dans "Comment allez-vous, mon Général?", première biographie "médico-historique" de Charles de Gaulle, le Dr Serge Deschaux s'intéresse au patient qui se cache derrière le mythe. De sa blessure en 1914 à sa mort en 1970, en passant par son addiction au tabac ou sa crise de paludisme à Londres en 1942, l'auteur met au jour les fragilités du chef d'Etat, mais aussi son incroyable résilience.

 

A chaque rencontre avec un membre du corps médical, Charles de Gaulle s'enquerrait d'abord de ses états de service. Aujourd'hui, c'est un membre du corps médical qui s'enquiert de l'état de santé du Général. Fasciné par le plus célèbre des présidents français, le Dr Serge Deschaux, chirurgien-dentiste de profession, est parti à la rencontre du de Gaulle "intime" qui se cache derrière "l'homme statufié". Au bout de trois années de recherches et de rencontres avec ceux qui l'ont approché, il en est venu à la conclusion que les deux personnages sont "étroitement liés" et que par moment, le sort de la France et du monde s'est joué au chevet du malade.

Mais pas question pour autant de tomber dans le voyeurisme. "Je me suis fixé une éthique : le strict respect du secret médical. Tout ce que j'écris a déjà été édité", nous confie-t-il. A charge pour l'auteur de collecter et de "mettre en musique" ces informations et témoignages, sans jamais trahir les confidences faites par les professionnels de santé qui ont soigné le Général, rencontrés au cours de son enquête. L'ouvrage, présenté comme la première biographie "médico-historique" de de Gaulle, n'en est pas moins riche d'anecdotes particulièrement révélatrices sur le caractère d'un homme exceptionnel. Morceaux choisis.

 

La jaunisse d'Ingolstadt

2 mars 1916, Bataille de Verdun. Le capitaine de Gaulle, âgé de 26 ans, est blessé à la cuisse par un coup de baïonnette et capturé par les Allemands. Il passera 32 mois en captivité. "Cet emprisonnement pendant la Guerre de 14-18 l'a quasiment privé des combats. Il voulait en découdre avec les Allemands. Ne pas participer à la guerre a été le grand échec de sa vie", raconte le Dr Deschaux. Dès lors, le jeune de Gaulle n'a qu'une seule obsession : s'évader. Il y parvient à cinq reprises, avant d'être rattrapé, à chaque fois, avant d'atteindre la frontière. La tentative la plus osée a lieu à Ingolstadt, en Bavière, en octobre 1916. "Il a imaginé un scenario. Il avait remarqué que le fort d'Ingolstadt, réputé imprenable, disposait d'une infirmerie. Il fallait avoir une pathologie suffisamment importante pour être hospitalisé hors de l'enceinte. Il s'est créé une fausse jaunisse en avalant de l'acide picrique. Cela sous-entend qu'il s'est fait livrer une petite fiole par le biais d'un colis de sa famille et qu'il a avalé une quantité suffisamment importante pour produire un bel ictère sans tomber dans les conséquences gravissimes." Passant de l'infirmerie à l'hôpital, le militaire s'évade avec un compère... Ils sont repris huit jours plus tard.

 

Le "tout petit"

Anne de Gaulle, troisième enfant du couple, nait le 1er janvier 1928. Le diagnostic tombe comme un couperet : trisomie 21. "A l'époque, on parlait d'enfants mongoliens", rappelle le Dr Deschaux. Ces mêmes enfants qu'Hitler...

8 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…