Temps de travail des internes : Agnès Buzyn accorde le paiement d'heures sup… sous conditions | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Temps de travail des internes : Agnès Buzyn accorde le paiement d'heures sup… sous conditions

Alors qu'une enquête de l'Intersyndicale nationale des internes (Isni) vient de révéler que les internes travaillent en moyenne 55 heures par semaine, dépassant donc le plafond légal des 48 heures, la ministre de la Santé a promis d'ouvrir des plages de temps additionnel (TTA), rémunéré. Mais ce dispositif sera très limité...

 

En 2019, les internes travaillent en moyenne 55 heures par semaine [voir encadré], soit 7 de plus que le plafond légal, fixé à 48 heures. Pour l'Isni, la "reconnaissance financière du temps de travail effectif par le paiement des plages de temps de travail additionnel" semble être "la seule mesure qui permettra aux hôpitaux de s’intéresser réellement au temps de travail des internes". Une demande entendue par Agnès Buzyn. Dans un message vidéo diffusé à l'Université de rentrée du syndicat, ce week-end, la ministre de la Santé a annoncé l'ouverture prochaine du temps de travail additionnel (TTA) aux internes, reprenant une idée de Marisol Touraine. Un "système d'exception, qui devra être très encadré", a insisté l'actuelle ministre de la Santé.

Le TTA se fera "sur la base du volontariat", sera "nécessairement limité à quelques demi-journées par mois" et "ne concernera que quelques services à l'hôpital", a précisé Agnès Buzyn. "Le dépassement des 48 heures ne peut plus être systématique", a-t-elle martelé, souhaitant que la réévaluation des agréments de stage soit conditionnée au respect du temps de travail des internes. La ministre demande à ce qu'un bilan par hôpital soit réalisé et présenté chaque année en commission médicale d'établissement.

Alors que 30% des internes déclarent ne pas pouvoir bénéficier systématiquement du repos de sécurité après leurs gardes, Agnès Buzyn a prévenu les directions : "on ne peut pas transiger sur le strict respect du repos de sécurité (…) ce n'est plus acceptable". "On ne peut pas assurer des soins de qualité lorsqu'on est réveillé depuis plus de 24 heures", a-t-elle insisté.

Des annonces saluées par l'Isni, qui insiste néanmoins sur le caractère exceptionnel de ce dépassement horaire.

Du côté de l'Isnar-IMG, en revanche, on dénonce "une mise en danger inacceptable" et une "erreur grossière" du Gouvernement : celle "d'encourager des pratiques qui sont pourvoyeuses de risques psycho-sociaux". "Il est au mieux illusoire, au pire hypocrite, de penser que...

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…