Burn out : la reconnaissance de la HAS | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Burn out : la reconnaissance de la HAS

Deuxième groupe de maladies liées au travail après les troubles musculo-squelettiques, le burn out reste une entité floue et souvent mal reconnue par les professionnels de santé. C’est pourquoi la Haute Autorité de santé vient de publier une fiche mémo qui contient des recommandations pour améliorer le repérage et la prise en charge de ce syndrome complexe.

Si les suicides de soignants font régulièrement la Une de l’actualité, le "burn out" reste une entité floue pour beaucoup de praticiens. "Il est mal connu, difficile à repérer, parfois diagnostiqué à tort ou confondu avec d’autres troubles psychiques", reconnaît ainsi la Haute Autorité de santé (HAS), qui vient donc de publier ses premières recommandations sur le sujet. Ce document, sous forme de fiche mémo, s’adresse à la fois aux médecins traitants et aux médecins du travail, et vise à leur permettre de "repérer les symptômes et de dresser le bon diagnostic, afin de proposer une prise en charge personnalisée et d’aider au retour au travail".

Un diagnostic difficile

En effet, après les affections de l’appareil locomoteur, la souffrance psychique causée ou aggravée par le travail représente le 2e groupe d’affections d’origine professionnelle décrit dans la population salariée active française. Même s’il ne constitue pas une maladie en tant que telle dans les classifications de référence (CIM-10 et DSM-5), l’existence du "syndrome d’épuisement professionnel" ou "burn out" est actuellement bien reconnu. Il s’agit d’un processus de dégradation du rapport subjectif au travail. Il est caractérisé par "un épuisement physique, émotionnel et mental profond, causé par un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes", avancent les experts de la HAS. Et ses conséquences sont majeures tant sur le plan socioprofessionnel qu’affectif, et peuvent aller jusqu’au suicide. Cependant, la diversité de ses manifestations, qui peuvent être totalement différentes d’un individu à l’autre, leur installation progressive, voire insidieuse, et leur non spécificité, font que le diagnostic du burn out est souvent difficile à porter de façon formelle : "il peut souvent passer inaperçu, être diagnostiqué à tort ou encore traité de façon inadéquate", souligne la HAS.

Les principaux symptômes sont souvent d’ordre émotionnel avec des éléments pouvant s’apparenter à l’anxiété ou la dépression (tristesse, hypersensibilité, absence d’émotion...). Peuvent s’y ajouter les troubles cognitifs (troubles de la mémoire, de l’attention, de la concentration...), ou comportementaux (isolement social, comportement agressif ou violent, diminution de l’empathie, comportements addictifs...). Sur le plan professionnel, on retrouve fréquemment une remise en cause professionnelle, une dévalorisation de soi, ou un désengagement. Enfin, des éléments physiques sont à rechercher :  troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques, gastro-intestinaux....

Ces symptômes peuvent être assimilés à une dépression, des troubles anxieux ou un stress post-traumatique. Le diagnostic de burn out repose donc aussi sur l’identification d’un contexte professionnel et/ou personnel particulier. Il peut s’agir de conditions de travail mal supportées : intensité et organisation du travail difficiles, exigences émotionnelles, autonomie et marge de manœuvre restreintes, problèmes relationnels dans le travail, conflits de valeurs, insécurité de l’emploi... On recherchera aussi des antécédents personnels et familiaux - notamment antécédents dépressifs -, des événements survenus dans la vie personnelle. Et on étudiera le soutien de l’entourage.

Le cas particulier des soignants

De nombreuses études ont mis en évidence une morbidité particulièrement élevée chez les professionnels de santé, qu’ils soient en activité ou en formation.

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…