Coronavirus et asthme: les recos des pneumologues

13/03/2020 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
Les données épidémiologiques les plus récentes, en particulier chinoises, confirment la mortalité assez faible liée au coronavirus, aux alentours de 2%. Elles établissent en revanche clairement un surrisque chez les patients insuffisants respiratoires (taux de mortalité de 6,3% selon une vaste étude du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies).

Il existe cependant peu de données concernant spécifiquement les sujets asthmatiques atteints par le coronavirus. En outre, « aucune donnée n’est disponible sur le niveau de contrôle des symptômes d’asthme de ces patients avant l'infection par le coronavirus » précisent les pneumologues de l’association Asthme et Allergies. On peut, en effet, supposer qu’un asthme mal contrôlé sera plus à même d’entrainer des complications en cas d’infection par le coronavirus. Les pneumologues insistent donc sur le fait de ne pas arrêter son traitement de fond contre l'asthme, afin de maintenir un bon contrôle des symptômes, y compris lorsqu’il contient des corticoïdes inhalés (CI). « On entend beaucoup dire qu'il faut absolument éviter de prendre de la cortisone pour limiter le risque d’une infection grave à coronavirus. C'est vrai pour la population générale mais c'est une affirmation à relativiser chez le patient asthmatique » soulignent les spécialistes. Ainsi, les CI doivent être poursuivis. En revanche, prudence avec les corticoïdes oraux : «  en cas de toux, de gêne respiratoire et de fièvre il est, en ce moment, indispensable de prendre avis auprès de son médecin avant de débuter un traitement de cortisone par voie orale ».

Pas plus de risques de contaminations Les spécialistes le répètent, le risque de contamination n’est pas plus important chez les sujets asthmatiques « à condition que l’asthme soit bien contrôlé » ; c’est le risque de complications respiratoires qui est plus élevé. D’où l’importance des gestes barrières dans cette population. Les masques « ne constituent pas une protection pour éviter d’être contaminé et n’ont pas d’intérêt pour les personnes non malades, soulignent-ils. Ils ne doivent pas être portés pour ne pas attraper le coronavirus, mais afin de ne pas contaminer les autres ». Concernant la prise en charge, en cas de contact avec un patient atteint de Covid-19, la recommandation est de surveiller les symptômes. Pour les patients, l’appel rapide au 15 ou à un médecin par téléconsultation, se justifie en cas de symptômes (toux, fièvre, courbature…), qu’il y ait eu contact avec un sujet atteint de Covid-19 ou non.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Michel Lemariey-Barraud

Michel Lemariey-Barraud

Non

La vraie question est de savoir si on veut assurer correctement les usagers, ou asservir durablement les médecins. La CNAM, organi... Lire plus

0 commentaire
8 débatteurs en ligne8 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17