AVC ischémique aigu : premiers résultats porteurs d’espoir d’un anticorps monoclonal antithrombotique

23/01/2024 Par Marielle Ammouche
Neurologie
Un nouvel espoir est porté, dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques en phase aigue, par un nouveau traitement, dont les premiers résultats – encourageants - viennent d’être publiés dans The Lancet Neurology. 

 

La recherche dans ce domaine reste indispensable. Car, "bien que les thérapies de reperfusion aient considérablement amélioré les résultats fonctionnels après un AVC ischémique aigu, près de la moitié des patients n'ont toujours pas de résultats fonctionnels favorables, et l'hémorragie intracrânienne reste une complication importante", rappelle le Pr Aravind Ganesh (Calgary, Canada), dans un commentaire associé publié dans la même revue. 

Le nouveau traitement en question est le glenzocimab, développé par la société française Acticor Biotech. Cette nouvelle molécule est un fragment d’anticorps monoclonal humanisé, qui est spécifiquement dirigé contre la glycoprotéine plaquettaire VI (GP VI), qui est exprimée exclusivement par les plaquettes et leurs précurseurs, les mégacaryocytes, et qui a un rôle majeur dans l’activation et le recrutement des plaquettes dans la coagulation. Le glenzocimab constitue donc un nouvel antithrombotique.   

Les résultats qui viennent d’être publiés sont issus de l'essai clinique de phase 1b/2a Actimis, qui a évalué le glenzocimab en association avec le traitement de référence (thrombolyse avec ou sans thrombectomie) chez 160 patients présentant un AVC ischémique aigu.  

L’étude a tout d’abord confirmé la bonne tolérance du glenzocimab chez les participants. En outre, à la dose de 1000 mg, en complément de l'alteplase, le traitement a permis de réduire considérablement la mortalité toutes causes confondues par rapport au placebo (7% contre 21%), ainsi que les hémorragies non symptomatiques (31 contre 50%), et les hémorrragies intracraniennes symptomatiques (0% contre 10%).  

Cette efficacité a été confirmée par une analyse post-hoc de l'imagerie cérébrale à 0 et 24 heures utilisant l'intelligence artificielle. Le nombre et le volume des lésions intracérébrales étaient inférieures chez les patients traités par glenzocimab par rapport au placebo.  

"Les patients présentant les accidents vasculaires cérébraux les plus graves et le risque le plus élevé d'hémorragie intracrânienne pourraient être les meilleurs répondeurs dans cette étude", précise la société Acticor dans un communiqué.  

"C'est la première fois qu'un essai clinique randomisé évaluant un agent antithrombotique en association avec une thrombolyse pendant la phase aiguë d'un accident vasculaire cérébral ischémique démontre une réduction significative de la mortalité", souligne le Pr Mikaël Mazighi (hôpital Lariboisière, Paris), investigateur coordinateur d'Actimis et premier auteur de l’article. Ceci est très probablement dû à la diminution des hémorragies intracérébrales symptomatiques.  

"La réduction des hémorragies intracrâniennes pourrait être une conséquence directe de l'inhibition par le glenzocimab de la thrombo-inflammation microvasculaire, améliorant ainsi le reflux des tissus ischémiques", précise le Dr Yannick Pletan, directeur médical d'Acticor Biotech.  

Le développement du glenzocimab se poursuit avec Actisave, une étude clinique internationale de phase 2/3 dont le recrutement est terminé depuis octobre 2023. Ses résultats sont attendus au deuxième trimestre 2024. 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17