Prime de 500€ et gardes payées double dans les services pédiatrie d'Ile-de-France en manque d'internes

21/10/2019 Par Aveline Marques

Qui veut changer de stage ? Les internes de médecine générale qui devaient entamer le mois prochain leur stage dans un service pédiatrie en "sureffectif" sont financièrement incités par l'ARS à se reporter vers un service en pénurie. La semaine dernière, une vingtaine de chefs de service de pédiatrie d'Ile-de-France alertaient sur le manque d'internes de médecine générale dans leurs établissements, qui leur faisait craindre une "crise sanitaire" au 1er novembre. A la suite des choix de stage effectués il y a quelques jours, quelques 168 postes d'internes demeuraient en effet non pourvus en pédiatrie pour le semestre d'hiver, "le plus chargé en raison des épidémies hivernales", soulignaient les chefs de service dans un communiqué. Une dizaine de services pédiatrie ou urgences pédiatriques, notamment situés dans la grande couronne (Fontainebleau, Corbeil-Essonnes, Poissy, Longjumeau…), n'auront pas ou peu d'internes en médecine générale. Pour remédier à la situation, l'ARS a décidé d'inciter financièrement les internes affectés dans des services en sureffectif (Trousseau, Necker, Robert Debré…) à se reporter vers ceux qui sont dans le besoin. "Les internes volontaires pour changer de stage seront dédommagés par une prime mensuelle pendant toute la durée du semestre", a annoncé samedi 19 octobre le Syndicat représentatif parisien des internes de médecine générale. L'ARS aurait promis "jusqu'à 500 euros/mois".  

Par ailleurs, "la rémunération des gardes qui seront réalisées par les internes extérieurs volontaires sera doublée par rapport à une rémunération normale de garde", ajoute le syndicat. L'objectif étant "d'avoir suffisamment d'internes dans tous les services pour constituer un planning et une ligne de garde dans de bonnes conditions".  

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17