"Il s’est permis de m’attraper le visage pour m’embrasser" : un médecin condamné pour harcèlement | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Il s’est permis de m’attraper le visage pour m’embrasser" : un médecin condamné pour harcèlement

En juin 2017, une salariée de l’hôpital de La Grafenbourg, à Brumath (Bas-Rhin), porte plainte contre un médecin de l’établissement pour harcèlement sexuel. Pendant plusieurs années, elle assure avoir subi des remarques et des gestes obscènes de la part du praticien. Celui-ci a été condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Strasbourg.
 

Le calvaire a commencé en 2016. Salariée de l’hôpital de La Grafenbourg, à Brumath (Bas-Rhin), une jeune femme qui travaille avec l’un des médecins de l’établissement commence à subir de plus en plus de remarques, mais aussi de gestes inappropriés de la part de ce praticien. Elle raconte notamment qu’il “s’est permis de [lui] attraper le visage pour [l'] embrasser sur la commissure des lèvres”, rapporte Rue 89 Strasbourg.

En août de la même année, celui-ci enlace la salariée de l’hôpital et touche sa poitrine. Citée par le média, une secrétaire, témoin de la scène, raconte : “J’ai immédiatement réagi et j’ai fait une remarque au docteur : “Vas y te gène pas, touche lui les seins.” Il m’a regardé et il a ri. Quant à Manon*, elle a été surprise par ce geste. Elle est restée sans voix.” A ce sujet, l’homme avoue aux gendarmes “avoir peut-être effleuré ses seins”. Il niera toutefois avoir tenu des “propos entreprenants”, ainsi que “toute pensée sexiste”, préférant parler de “ton de la camaraderie”.

 

Une enquête administrative interne ouverte

Au-delà de ces gestes obscènes, la victime rapporte également des remarques incessantes : “J’ai envie de te serrer dans mes bras”, “Si j’avais 25 ans de moins…”,  “Tu es ma princesse”, etc. Elle alerte en janvier 2017 la direction de l’hôpital qui se montre dans un premier temps bienveillante. La protection fonctionnelle est accordée à la jeune femme, une enquête administrative interne est ouverte, et la directrice générale du centre national de gestion des praticiens hospitaliers est prévenue.

En juin 2017, la salariée de l’hôpital décide de porter plainte contre le médecin, ne voyant aucune amélioration de la situation. Le directeur de l’établissement change alors d’attitude face à la jeune femme, qui précise...

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…