Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) : trop peu connu des généralistes | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) : trop peu connu des généralistes

Le sujet est souvent esquivé lors des consultations de pré ou de début de grossesse. Pourtant les risques, en particulier cérébraux, sont potentiellement majeurs, et nécessitent ensuite un suivi attentif des enfants. 

Concernant l’alcool pendant la grossesse, « chaque verre est une prise de risque, souligne le Dr Denis Lamblin, président de SAF France, pédiatre à l’initiative du logo spécifique apposé sur les bouteilles d’alcool depuis 2013. Un peu à l’image de ce qu’une femme enceinte vit en avalant un quart de comprimé de Dépakine : le risque que survienne un effet indésirable est faible, mais il n’est pas nul. Ce shoot même minime d’alcool peut arriver au mauvais moment, chez un fœtus qui n’est pas “programmé“ pour le recevoir… »  Il s’agit d’une des rares causes évitables de troubles neurodéveloppementaux.  

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF), le 9 septembre, et en France de la 5e édition du SAFTHON*, SAF France associé à Prévention et Modération et aux métiers de l’hôtellerie pour un programme commun de prévention dresse un état des lieux des connaissances des médecins généralistes sur les conséquences de la consommation d’alcool pendant la grossesse. 

 

Un nouveau-né toutes les 30 minutes  

Selon cette enquête menée par OpinionWay, à peine le quart (24 %) des médecins généralistes connaissent ces troubles et disent savoir précisément ce dont il s’agit. 6 % seulement évaluent correctement le nombre d’enfants touchés (et handicapés à vie) chaque année en France, soit 15 000. Les autres le sous-estiment largement. Un sur 10 peut citer les différentes familles de troubles liés à l’alcoolisation fœtale (400 sortes !), malformations faciales certes, mais encore anomalies du système nerveux central à l’origine de retards psychomoteurs, problèmes de comportement, déficits des apprentissages, etc. Des troubles qui ne sont pas toujours immédiatement visibles et se manifestent lorsque le cerveau devient plus mature, à l’entrée en crèche ou à l’école. Les personnes porteuses d’un SAF ont un risque de déficience visuelle 31 fois supérieur par rapport à la population générale, de déficiences auditives 126 fois supérieur, de troubles du langage 10 fois supérieur, etc.  

Encore un tiers des médecins ne sont pas conscients qu’une consommation occasionnelle peut suffire à provoquer les TCAF. 69 % n’en parlent pas systématiquement avec leurs patientes futures mères qui seraient susceptibles de boire et ceux qui l’abordent plus volontiers ont plus de métier. Une sensibilisation des médecins les plus jeunes est à l’évidence nécessaire. 

Lors du suivi de grossesse “classique“, un tiers des médecins n’évoquent pas...

Sources : 
D’après une conférence de presse organisée par SAFFrance, et Prévention et modération, et l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (6 septembre 2021)
3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…