PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

En cas de consommation au long cours d’IPP, la fonction rénale doit être surveillée

rein

Les médicaments permettant de réduire la sécrétion acide de l’estomac, d’abord les antiH2 puis les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), sont remarquablement efficaces ; et le plus souvent parfaitement bien tolérés. Si bien que dans certains pays, ces deux classes thérapeutiques existent en automédication.

C’est le cas des Etats-Unis où, selon les résultats de la National Health and Nutrition Examination Survey, 7.8% des adultes ont consommé un IPP au moins une fois dans le mois écoulé, que ce soit sur prescription médicale ou en automédication, pour un reflux gastro-oesophagien, des brûlures oesophagiennes ou gastriques. Mais cette consommation ne serait pas anodine, notamment pour la fonction rénale, selon une étude publiée dans la revue Kidney International, organe d’expression de la société internationale de néphrologie.

Les auteurs (université de Saint Louis, Missouri) ont travaillé sur la base de données médicales des anciens combattants, leur permettant d’étudier la fonction rénale de 144.032 individus consommateurs réguliers d’un antiH2 (n=18.436) ou d’un IPP (n=125.596). En comparant ces deux populations, les auteurs ont constaté une incidence nettement plus élevée d’altération de la foncton rénale (définie par un taux de filtration glomérulaire inférieur à 60ml/min/1.73m²) parmi les consommateurs d’IPP versus les consommateurs d’antiH2, avec un hazard ratio de 1.19 (IC 95% = 1.15-1.24). Cette altération de la fonction rénale est le plus souvent réversible quand elle s’observe chez des patients dont la fonction rénale était normale avant traitement par IPP. Mais la consommation d’IPP est également susceptible d’aggraver une insuffisance rénale chronique.

Les auteurs insistent sur le fait que les IPP, en dépit d’une remarquable efficacité, ne sont pas des médicaments anodins pouvant être consommés larga manu, sans précautions particulières.

                                                                                                                              

Sources : 

Yan Xie et coll. Long-term kidney outcomes among users of proton pump inhibitors without intervening acute kidney injury. Kidney International, février 2017.

DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.kint.2016.12.021

http://www.kidney-international.org/article/S0085-2538(17)30005-4/fulltext

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…