Coronavirus : les AINS, possible facteur d’aggravation de l’infection | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Coronavirus : les AINS, possible facteur d’aggravation de l’infection

La prise d’ibuprofène ou d’un autre anti-inflammatoire en automédication est déconseillée au cours de l’infection par le Sars Cov-2. L’information a été donnée directement par les autorités sanitaires. «La prise d’anti-inflammatoire (ibuprofène, cortisone...) pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection», a ainsi communiqué le ministre de la santé Olivier Véran dans un tweet samedi 14 mars. Et, selon Jérome Salomon, directeur général de la santé, «des événements indésirables graves liés à l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont été signalés chez des patients atteints de COVID19, cas possibles ou confirmés»...
4 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…