Congrès de l’Association européenne d’hématologie : des innovations porteuses d‘espoirs | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Congrès de l’Association européenne d’hématologie : des innovations porteuses d‘espoirs

Le myélome multiple, ou encore la drépanocytose, pourraient voir leur stratégie de prise en charge modifiée.

 

Le daratumumab, premier anticorps monoclonal anti-CD38 à avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché pour le traitement des patients atteints de myélome multiple en rechute et réfractaire, pourrait peut-être également bénéficier aux patients atteints d’un myélome multiple récemment diagnostiqué et éligibles à la greffe de cellules souches. C’est en tout cas ce que soutient l’étude Cassiopeia (1), qui a été présentée par le Pr Philippe Moreau, chef du service d’hématologie du CHU de Nantes, lors de la 24ème édition du congrès annuel de l’Association européenne d’hématologie (EHA) qui s’est tenu du 13 au 16 juin à Amsterdam.

Cassiopeia est un essai randomisé de phase 3 dont la première partie, portant sur 1085 patients, confirme l’intérêt d’associer le daratumumab au traditionnel protocole VTd (bortézomib / thalidomide / dexaméthasone), avant et après la greffe. "L'association daratumumab-VdD a permis d’améliorer significativement les taux de réponse et de maladie résiduelle. Cela s’est traduit par une amélioration de la survie sans progression, avec une réduction de 53% du risque de progression de la maladie ou de décès. Ces résultats demeurent ainsi susceptibles d'ouvrir la voie à une nouvelle norme de soins pour les patients nouvellement diagnostiqués et éligibles à la transplantation", a ainsi déclaré le Pr Moreau lors du symposium présidentiel.  En France, 5 000 nouveaux cas de myélome sont diagnostiqués chaque année.

 

De nouvelles stratégies thérapeutiques pour contrer la drépanocytose

Un autre essai (2) randomisé de phase 3 et émanant d'une équipe internationale a été très largement salué durant le symposium présidentiel… Et pour cause : celui-ci ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques s’agissant de la drépanocytose, une maladie génétique qui touche 50 millions de personnes dans le monde et 5 millions en France. Au cœur de cette étude baptisée Hope (pour Hemoglobin Oxygen Affinity Modulation to Inhibit HbS PolymErization) : le voxelotor, auparavant appelé GBT 440. Cet agent oral serait en effet capable d’inhiber la polymérisation de l'hémoglobine S anormale (HbS) à l’origine de la maladie… "Ça fait 30 ans qu’on attendait ça", chuchote-t-on dans l’assemblée à l’annonce des résultats des travaux publiés le matin même dans le New England Journal of Medicine.

Cet essai a inclus 274 patients âgés de 12 à 65 ans atteints de drépanocytose - dont près des 2/3 étaient traités par hydroxyurée – qui ont recu soit des doses quotidiennes de voxelotor (900 mg et 1 500mg) soit un placebo. Après 24 semaines de traitement, 59,5% des patients sous voxelotor 1500 mg présentaient une augmentation de l'hémoglobine supérieure à 1 g / dL. "Le voxelotor a permis une augmentation significative des taux d'hémoglobine ainsi qu’une réduction de l’hémolyse. Il s’agit là d’un traitement sûr, bien toléré par les patients et qui repose sur une prise orale une fois par jour. Il a ainsi le potentiel de réduire la morbidité des lésions organiques associées à la drépanocytose et d’améliorer la vie de nos patients", a souligné Jo Howard, hématologue consultante auprès de la NHS Foundation Trust de Guy et St. Thomas (Londres, Royaume-Uni). Ce traitement, qui s’est vu accorder le statut de "médicament orphelin", a d’ores et déjà été inclus dans le programme Prime (Priority Medicines) de l'Agence européenne des médicaments. 

 

 

Thérapie cellulaire CAR-T : les bonnes pratiques à l’échelle européenne
Enfin, quatre mois après la tenue du premier congrès européen sur les cellules CAR-T organisé par l’EHA et la Société européenne de greffe de sang et de moelle osseuse (EBMT), les deux sociétés savantes se sont à  nouveau rassemblées à l’occasion d’un symposium conjoint au cours duquel elles ont appelé à une harmonisation des procédures et des partages d'information dans le cadre des nouvelles thérapies par cellules CAR-T, via notamment le recours au registre européen de l'EBMT permettant le suivi des patients ainsi que la surveillance de la sécurité et de l’efficacité de ces traitements à long terme. Par ailleurs, un document d’orientation émanant de l’EHA, va être publié à l’attention des professionnels de santé, visant à définir les recommandations européennes en matière de thérapie cellulaire CAR-T.
En Europe, au moins 340 patients souffrant de cancers hématologiques ont en effet pu bénéficier de cette thérapie, dont près de 95% dans le cadre d’essais cliniques, selon une enquête réalisée en novembre 2018 auprès des centres européens impliqués dans une activité de greffe de cellules souches hématopoïétiques. Les premières indications ? La leucémie aiguë lymphoblastique (43% des patients) et le lymphome non hodgkinien (34%). La thérapie cellulaire CAR-T a également pu être étendue à d'autres maladies hématologiques pour lesquelles des essais cliniques sont actuellement menés, telles que la leucémie lymphoïde chronique, le myélome multiple, le lymphome de Hodgkin et la leucémie aiguë myéloïde.
The process Car T Cell therapy in Europe. EHA Guidance Document

Sources : 
24ème édition du congrès annuel de l’Association européenne d’hématologie (EHA, 13 au 16 juin à Amsterdam)

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…