Le syndrome des ovaires polykystiques expose à un risque accru de diabète de type 2 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le syndrome des ovaires polykystiques expose à un risque accru de diabète de type 2

Le syndrome des ovaires polykystiques est souvent associé à une insulinorésistance et à une obésité. On dispose de peu de données prospectives de population concernant le développement d’un diabète de type 2 chez les femmes ayant un SOPK 2, de même qu’on connaît mal s’il est possible d’en prédire la survenue.

Ceci a conduit une équipe danoise à analyser le Registre National des patientes ayant un SOPK (n = 18 477) en comparaison d’une population témoin. Les données plus complètes (examen clinique, données biologiques) de la cohorte des patientes ayant un SOPK suivies à l’Hôpital Universitaire d’Odense (n = 1 162) ont permis d’évaluer les facteurs prédictifs de survenue d’un diabète de type 2. Chaque patiente avec SOPK a été appariée à trois témoins.

Le suivi médian était de 11.1 (intervalle inter-quartile = 6.9 - 16 ans). Le hazard ratio de développer un diabète de type 2 dans la cohorte SOPK du Danemark était de 4 (IC 95 % = 3.7 à 4.3, p < 0.01). Le taux total de survenue d’un diabète de type 2 était de 8 pour 1000 personnes/année dans la population SOPK du Danemark en comparaison de 2 pour 1000 personnes/année chez les témoins (p < 0.001). L’âge médian au diagnostic de diabète de type 2 était de 31 (26 à 37) ans dans l’étude SOPK du Danemark versus 35 (27 à 44) ans chez les témoins (p < 0.001). En analyse de régression multiple, l’IMC, l’hémoglobine glyquée, la glycémie à jeun, la glycémie 2 heures après glucose, l’index HOMA d’insulinorésistance et les triglycérides étaient associés de manière positive au développement d’un diabète de type 2 alors qu’un nombre élevé de naissances était associé de manière négative au développement d’un diabète de type 2.

En conclusion, le taux de survenue d’un diabète de type 2 est supérieur chez les femmes ayant un SOPK en comparaison des témoins et le diabète de type 2 est diagnostiqué à un âge plus jeune.

Sources : 

Rubin K.H et al. Development and risk factors of type 2 diabetes in a nationwide population of women with polycystic ovary syndrome. J Clin Endocrinol Metab 2017 ; 102 : 3848-3857.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28938447

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…