Médecins, comment aborder la déprescription médicamenteuse avec vos patients

19/10/2023 Par Anne-Hélène Collin
Médicaments
La déprescription réduit la polymédication inappropriée, les risques d'iatrogénie et accessoirement permettrait de réaliser des économies. Elle intéresse aujourd’hui de très près l’Assurance maladie. Mais en pratique, comment faire ? 

 

Avec sa volonté d’"inciter les professionnels de santé à acquérir un réflexe iatrogénique, à réviser régulièrement les ordonnances des personnes âgées et à déprescrire les traitements inappropriés chez ces personnes chaque fois que cela sera possible", l’Assurance maladie s’empare de la déprescription dans son rapport Charges et Produits 2024.  

La déprescription est dans l’air du temps mais "il n’existe pas de définition consensuelle", explique Manon Vrancken, pharmacienne à l’Observatoire du médicament, des dispositifs médicaux et de l’innovation thérapeutique (Omédit) Grand-Est. Apparu en 2003, le terme peut être défini aujourd’hui comme "le processus planifié et supervisé par un professionnel de santé, de retrait de médicaments dont les risques potentiels sont supérieurs aux bénéfices attendus, en vue d’une réduction de la polymédication et de ses conséquences". "Certains cliniciens parlent de sobriété médicamenteuse", explique Jean-Pascal Fournier, professeur en médecine générale et enseignant chercheur à Nantes (Loire-Atlantique), membre du Collège nationale des généralistes enseignants (CNGE). "C’est une partie de la révision de l’ordonnance, de l’optimisation thérapeutique", complète le Pr Jean-Baptiste Beuscart, gériatre au CHU de Lille (Nord) et membre de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG).  

 

Par où commencer ? 

"Sur le papier, cette idée de déprescrire parait particulièrement séduisante (…) néanmoins, l’appliquer en consultation médicale n’est pas toujours facile", avertit l’Omédit Grand Est, car des composantes psychologiques, sociologiques, comportementales… s’en mêlent.  

En pratique, "il n’y a pas de cadre réglementaire, les textes sont très pauvres et les recommandations, à l’échelle française, trop rares. La thématique vient plutôt de la clinique, initialement, et du champ de la recherche", résume le Pr Fournier. Tout juste la Haute Autorité de santé (HAS) s’est-elle fendue, en 2022, d’un arbre décisionnel de déprescription des IPP dont la moitié des usages ne serait pas justifiée.  

Déprescrire est "une stratégie, selon le Pr Beuscart. Si vous voulez mettre en place la déprescription, les études montrent qu’il faut viser une catégorie de molécules d’intérêt. Il faut mettre en place un protocole pour les détecter, d’où l’intérêt de travailler en exercice coordonné pour se rencontrer et en discuter. Puis appliquer un algorithme et surtout, après, il faut surveiller."  

C’est un processus en plusieurs étapes, décrit le Pr Fournier : réaliser un bilan de médication - une mission partagée avec le pharmacien - ; identifier et prioriser les médicaments cibles (benzodiazépines, IPP, médicaments anticholinergiques…) ; choisir avec le patient les modalités de modifications thérapeutiques dans un processus de décision partagée ; réévaluer fréquemment ; faire un retour auprès des autres professionnels de santé. "Pour les patients, c’est au médecin d’initier...

la conversation sur la déprescription. Et aborder les effets indésirables potentiels peut être une bonne porte d’entrée. De la documentation développée spécialement pour eux existe", ajoute-t-il. 

 

 

 

Embarquer soignants et patients 

Pour aider à sauter le pas (pourquoi, quand, comment, etc.), développer l'intérêt pour cette démarche et la pérenniser, l’Omédit Grand Est en partenariat avec l’URPS médecins libéraux du Grand Est met à disposition des professionnels de santé de la région, sur demande depuis 2022, des outils concrets élaborés en collaboration avec des usagers du système de santé et des spécialistes des sciences humaines et sociales. Le praticien français pourra aussi s’appuyer sur des outils mis en place à l’étranger, notamment le site de référence canadien deprescribing.org qui présente, en libre accès, des algorithmes de déprescription pour de nombreuses classes thérapeutiques. Ou le site medstopper.com

"Tout l’enjeu n’est pas tant sur l’outil, c’est d’y aller en équipe, à plusieurs, avec un discours homogène", explique le Pr Beuscart. Car si les patients eux-mêmes peuvent être demandeurs ou acceptent la déprescription, il y a parfois des barrières et des réticences dont il faut tenir compte. "Certains patients ont peur d’une altération de leur état de santé. Ils se demandent aussi pourquoi arrêter maintenant alors qu’ils prennent le médicament depuis 20 ans, poursuit le gériatre. Et puis, pour les personnes âgées, c’est le signe que le corps a véritablement vieilli, c’est un moment difficile pour eux." "Mais il faut dédramatiser la déprescription", insiste le Pr Fournier.  

L’Omédit Grand Est propose, dans ses outils, une ordonnance de déprescription. "L’écrit est vecteur de symboliques, matérialise la décision thérapeutique faite en concertation, et qui peut donc être l’arrêt ou la réduction d’un médicament", explique Manon Vrancken. Pour le Pr Beuscart entre en jeu un autre facteur : "Les patients nous font confiance si on trouve les mots justes." 

Faut-il autoriser les pharmaciens à délivrer des antibiotiques sans ordonnance contre l'angine et la cystite, en cas de tests positif?

Frederic Groseil

Frederic Groseil

Non

Pour toute suspicion de cystite, prendre la T°, palper le bas ventre ET les fosses lombaires + interrogatoire... dans 1 à 5 % des ... Lire plus

17 commentaires
11 débatteurs en ligne11 en ligne
Photo de profil de Remi Rochelet
27 points
Médecine générale
il y a 9 mois
"Il aut viser une catégorie de molécules d’intérêt. Il faut mettre en place un protocole pour les détecter, d’où l’intérêt de travailler en exercice coordonné pour se rencontrer et en discuter. Puis a...Lire plus
Photo de profil de Fabien Bray
5,3 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 9 mois
Si les spécialistes se parlaient entre eux, peut être que la iatrogènie serait moins importante. Par ailleurs, ce phénomène de sur-prescription est clairement générationel, les patients âgés ne juren...Lire plus
Photo de profil de Christiane Kouji
3,7 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 9 mois
C'est aussi la résultante du lobbying des labos. Regardez vos comptes rendus d'hospitalisation, chaque patient a son IPP, quel que soit son état, parce que les hôpitaux ont été inondés et les médecins...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17