JO 2024

Vaccination : vigilance recommandée à l’approche des JO

Les derniers chiffres de Santé Publique France montrent une augmentation de la confiance des Français en la vaccination. Cependant, pour certaines maladies, la couverture vaccinale demeure insuffisante, en particulier, la rougeole, la grippe et le Covid.

22/04/2024 Par Dre Marielle Ammouche
Vaccination
Vignette
JO 2024

84 % des Français se disent favorables à la vaccination en général. Ce bon chiffre est stable (84,6 % en 2022, 82,5 % en 2021), et à un niveau supérieur à celui observé avant la pandémie de Covid-19, entre 2010 et 2019, se réjouit Santé Publique France qui vient de publier, à l’occasion de semaine européenne de la vaccination (SEV du 22 au 29 avril), de nouvelles données à ce sujet. En outre, la proportion de personnes « très favorables » est même en augmentation de plus de 4 points par rapport à l’année dernière, à 34,7 %. 

Le Covid concentre les réticences

Cependant ces chiffres cachent d’importantes disparités, source d’inquiétudes pour les pouvoirs publics. Ainsi, l’adhésion vaccinale apparait moins franche chez les personnes ayant peu de diplômes ou des revenus faibles. Et elle a tendance à diminuer chez les personnes âgées, en comparaison aux années précédentes.

Pour tous, les réticences sont toujours largement centrées sur la vaccination contre la Covid-19 (29 % d’avis défavorables chez des 18-75 ans) ; ainsi que sur celles contre la grippe saisonnière (6 %), l’hépatite B (4 %) et les infections à HPV (3 %), avec, cependant des proportions inférieures à 2020.

En conséquence, c’est principalement chez les plus âgés que certaines vaccinations demeurent à des niveaux très insuffisants. Ainsi, les couvertures vaccinales contre la grippe et le covid sont en perte de vitesse. Celle contre la grippe est en diminution de 2,2 points, à 54% chez les 65 ans et plus lors de la saison 2023-2024. Et elle est de seulement 25% chez les moins de 65 ans à risque de forme grave de grippe, en baisse de 6,2 points par rapport à la saison précédente. Par ailleurs, la vaccination contre le Covid-19 n’est que de 30% chez les 65 ans et plus. 

Chez les nourrissons, les tendances évolutives sont globalement bonnes. Leur couverture vaccinale contre le méningocoque B augmente pour atteindre 75% pour les nourrissons nés en 2023 (vs 49% pour les nourrissons nés en 2022). Celle contre le rotavirus, est estimée à 31% pour les nourrissons nés en 2023 (1 dose à 8 mois); mais c’est la première cohorte de nourrissons pour laquelle la vaccination est recommandée. Les couvertures vaccinales pour les vaccinations obligatoires restent à un niveau élevé, même si celle pour le ROR progresse peu et reste toujours inférieure à l’objectif de couverture vaccinale de 95% pour envisager l’élimination de la rougeole.

Chez les adolescents, la couverture vaccinale contre le méningocoque C est en progression de 4,2 points, à 48% chez les jeunes de 15 à 19 ans. 

 

Avec les JO, vigilance pour la rougeole et les méningites

Dans ce contexte, les autorités de santé rappellent l’enjeu de la vaccination : « la vaccination est un moyen de prévention précieux qui contribue, partout dans le monde, à protéger des personnes de tous les âges contre des maladies infectieuses potentiellement graves, voire mortelles. Selon l’OMS, 2 à 3 millions de vies sont sauvées chaque année grâce à cet acte simple de prévention ».

Ils pointent, en particulier la recrudescence de la rougeole, « dont la circulation avait été interrompue en France depuis la pandémie de Covid-19 », dans un contexte de « rapide propagation de la rougeole dans le monde ». « A l’aube de l’accueil en France de millions de visiteurs étrangers à l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques 2024, il est particulièrement nécessaire à l’occasion de la SEV de renforcer le rattrapage vaccinal de tous les enfants, adolescents et jeunes adultes nés après 1980 qui n’auraient pas reçu un schéma vaccinal complet à deux doses, protection requise pour éviter la propagation de cette maladie infectieuse très contagieuse ».

Les méningites à méningocoques sont aussi en augmentation, ce qui a contribué à la révision de la stratégie vaccinale contre les infections à méningocoque de la Haute autorité de santé (HAS).

Références :

Ministère de la Santé et Santé publique France (22 avril)

Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
14 débatteurs en ligne14 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17