Vaccination d'un nourrisson

La Haute Autorité de santé recommande d’élargir la vaccination chez les nourrissons et les adolescents

Méningites : la HAS recommande d’élargir la vaccination chez les nourrissons et les adolescents

Devant la forte recrudescence des infections invasives à méningocoques en France, la Haute Autorité de santé (HAS) a décidé de revoir ses recommandations vaccinales. Dans un avis publié le 27 mars, elle propose de rendre obligatoire la vaccination tétravalente (A, C, W et Y) chez les nourrissons, ainsi que celle contre le méningocoque B. Chez les adolescents, seule la vaccination tétravalente est recommandée aussi, et ce indépendamment du statut vaccinal, d'après le nouvel avis.

28/03/2024 Par Dre Marielle Ammouche
Infectiologie Thérapeutique
Vignette
Vaccination d'un nourrisson

La Haute Autorité de santé recommande d’élargir la vaccination chez les nourrissons et les adolescents

Ainsi, après avoir fortement diminué pendant la pandémie, le nombre de cas d’infections invasives à méningocoques a bondi de 72% entre 2022 et 2023, pour atteindre 560 cas l’an passé, un chiffre supérieur à celui des années pré-pandémiques. 

En parallèle, on observe une modification de la répartition des sérogroupes en cause, avec des sérogroupes W et Y qui ont beaucoup progressé notamment chez les nourrissons et les jeunes. Or les souches W sont particulièrement dangereuses, entrainant "une mortalité deux fois plus élevée que les sérogroupes B et Y", précise la HAS dans un communiqué. A noter cependant que le sérogroupe B reste majoritaire en France.

Dans ce contexte, l’institution sanitaire a décidé d’actualiser ses recommandations. Elle préconise de rendre obligatoire la vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y chez tous les nourrissons de moins d’un an, et non plus uniquement celle contre le sérogroupe C, comme c’était le cas jusqu’à présent. Le schéma vaccinal comprend deux doses à 6 et 12 mois (avec Nimenrix de Pfizer). Pour les adolescents aussi, cette vaccination est recommandée (mais pas obligatoire), avec un schéma à une dose administrée entre 11 et 14 ans, quel que soit l’état vaccinal, ainsi qu’un rattrapage vaccinal chez les 15-24 ans (Nimenrix, Menquadfi de Sanofi Pasteur, Menveo de GSK).

Concernant le sérogroupe B, la HAS préconise aussi de rendre obligatoire cette vaccination chez les nourrissons de moins d’un an (Bexsero de GSK), avec un schéma à 2 doses (6 et 12 mois). "La HAS recommande de renforcer la stratégie en vigueur afin d’augmenter rapidement la couverture vaccinale qui était de 48,8 % en 2022."

En revanche, elle ne recommande pas, "à ce stade", d’élargir cette vaccination à tous les adolescents et jeunes adultes, du fait d’une incidence des infections invasives à méningocoques B, plus faible chez les 11-24 ans que chez les nourrissons et de "l’absence d’efficacité du vaccin à conférer une protection indirecte aux populations non vaccinées".

Références :

Communiqué de la Haute Autorité de santé (27 mars)

Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17