La mortalité infantile augmente en France, en lien avec une néonatologie en crise

10/10/2023 Par Marielle Ammouche
Pédiatrie
Les spécialistes de néonatologie tirent la sonnette d’alarme concernant la situation dramatique de cette discipline en France. En cause une démographie médicale et des moyens inadaptés, qui ont des conséquences dramatiques sur la prise en charge des bébés.

  Ainsi, à l’opposé de ce qui s’observe dans la majorité des pays occidentaux, la mortalité infantile augmente en France depuis 2012. Et, "depuis 2015, elle est supérieure à la moyenne européenne" avec un excès de mortalité estimé à environ 1 200 décès chaque année, alertent les pédiatres néonatologistes, dans un communiqué. La France, se trouve désormais en 20e position des pays européens, alors qu’elle occupait la 3e place entre 1996 et 2000. Cette mortalité est principalement due à un excès de mortalité néonatale (dans le 1er mois de vie) qui concentre 74% des décès (47,8% dans la première semaine de vie). Surtout, cette mortalité neonatale s’accentue : elle ne représentait "que" 65% de la mortalité infantile en 2005. Les nouveau-nés extrêmes prématurés sont particulièrement concernés, mais aussi les nouveau-nés à terme, pouvant présenter des pathologies graves. Pour expliquer cette situation, la Société française de néonatologie (SFN) évoque la hausse de l’âge des mères au moment de l’accouchement, l’accroissement des grossesses multiples, et la précarité, mais aussi une dégradation du circuit de soins. Ainsi, le taux d’occupation des lits de réanimation néonatale dépasse 95% dans près de la moitié des unités, avec de grandes disparités sur le territoire. Des entrées sont régulièrement refusées faute de place, affirment les spécialistes. Cela est lié, en particulier, au recul des limites d’âge gestationnel pour la prise en charge de l’extrême prématurité, et au nombre croissant de grossesses alors que le fœtus est atteint d’une malformation grave et incurable (+200% en 10 ans d’après les données de l’Agence de la Biomédecine). "Ces chiffres sont préoccupants car des taux d’occupation élevés sont associés à une augmentation du risque de morbidité sévère et de mortalité chez les grands prématurés", affirme la SFN. A cela s’ajoutent des moyens humains insuffisants : près de 75% des services rencontrent des difficultés pour assurer la permanence des soins ; et 80% des pédiatres néonatologistes dépassent la durée légale maximale de travail hebdomadaire, avec un impact important sur la qualité de vie au travail et des risques majeurs sur la santé de ces soignants (troubles du sommeil, dépression, burn out, …). Les effectifs infirmiers sont aussi en grande majorité insuffisants, inadaptés à la charge de travail réelle. "Ces constats sont alarmants", souligne la SFN. "Il est urgent que la Direction générale de l’offre de soins rouvre les discussions avec la SFN pour revoir l’organisation des soins critiques en néonatologie".

 
Vignette
Vignette

6 commentaires
7 débatteurs en ligne7 en ligne
Photo de profil de Fabien Bray
5,1 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 8 mois
Petit rappel pour les diverses administrations de la santé : La mortalité infantile est un indicateur majeur différenciant les pays développés des pays non développés. Donc grâce à nos chers politiqu...Lire plus
Photo de profil de Anne Yven
2,5 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 8 mois
Tiens, tiens, n'est ce pas là le contraire du résultat attendu avec la loi HSPT de Roselyne, fermant nombre de "petites maternités" de proximité pour tout regrouper dans des usines à naissances déshum...Lire plus
Photo de profil de Caroline Combot
16 points
Sages-Femmes
il y a 8 mois
Ne faudrait il pas ouvrir la réflexion encore plus en amont : pourquoi autant d'enfants nécessitent des soins de néonatalogie ? La prévention par l'accompagnement empathique en périnatalité est encore...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17