sport

Comment encourager les patients diabétiques à faire plus d’activité physique ?

Selon une enquête OpinionWay, 1 personne sur 3 ayant un diabète de type 2 (32%) ne pratique jamais ou rarement d’activité physique.

15/05/2024 Par Dre Marielle Ammouche
Diabétologie
sport

Une récente enquête souligne le manque d’activité physique pratiquée par les patients diabétiques. S’ils ne sont, à ce sujet, pas différents de l’ensemble de la population, cela peut leur porter plus préjudice. En effet, avec l’équilibre alimentaire, l’activité physique constitue l’une des piliers de la prise en charge du diabète.

Mais les patients ne semblent pas en avoir assez conscience. Ainsi, selon une étude* de Roche Diabetes Care France menée en 2023 par OpinionWay, seuls 2 patients diabétiques de type 2 (DT2) sur 3 (67 %) essaient d’être plus en mouvement ou d'intensifier leur activité physique suite au diagnostic. 44% portent leurs efforts sur des activités du quotidien (marche à pied, jardinage...), tandis que 16% ont commencé à pratiquer régulièrement une activité physique (vélo, natation...), et 7% l’ont intensifié.

Toujours d’après cette étude, près d’une personne DT2 interrogée sur 2 (46%) déclare pratiquer souvent une activité physique (une fois par semaine ou plus). Toutefois, 1 personne sur 3 (32%) n’en pratique jamais ou rarement. Les raisons invoquées dans ce dernier cas sont généralement « un manque de courage » (42 % des patients DT2) ; et le fait de s’en sentir incapable (28 %).

Privilégier l’activité « plaisir »

« Faire évoluer sa pratique d’activité physique est plus complexe qu’il n’y paraît, confirme Aurélien Descatoire, docteur en Sciences du sport, Service de Diabétologie-Nutrition CH de Roubaix. Cela ne peut se résumer à une question de volonté ou de motivation. Nombreuses sont les personnes qui sous-estiment leurs ressources, ou ne font pas assez confiance en leur possibilité d’agir, il existe toujours un champ des possibles. Les croyances autour de l’activité physique sont qu’« il faut forcément avoir mal », sur une longue durée, ou forte intensité. Or l’activité physique est pertinente dès que l’on se met en mouvement : insérer des routines de marche dans la journée et limiter les positions assises prolongées (casser la sédentarité). Il faut aussi s’intéresser aux sources de motivation. Par expérience, les motivations uniquement centrées sur la santé ne sont pas assez puissantes : pour un changement durable, il faut un changement qui apporte des bénéfices immédiats, rien de mieux que le plaisir ». « Je conseille à mes patients de commencer par des activités agréables et faciles à mettre en place. L’idée est de favoriser une pratique « plaisir » et moins de contraintes, c’est le meilleur moteur de nos comportements » ajoute Sandy Gorain, enseignante en activité physique adaptée.

De nouveaux outils

Pour évaluer de façon plus objective l’activité physique d’un patient, il existe le questionnaire ONAPS qui analyse le niveau d’activité physique et de sédentarité au cours d’une semaine habituelle pour la population adulte. « C’est un outil intéressant pour débuter un accompagnement pour la reprise d’une activité physique que j’utilise régulièrement » insiste Sandy Gorain. Et il existe des Maisons Sport Santé pour aider les patients dans leur démarche.

En outre, pour soutenir les patients de cette quête d’un mode de vie plus sain, Roche Diabetes Care France a mis en place un podomètre dans son application Phil, une application gratuite qui a pour vocation d’être le compagnon au quotidien des patients diabétiques de type 2Outre le comptage des pas quotidiens, l’application permet d’avoir, un objectif de pas hebdomadaires personnalisé en fonction de la moyenne réalisée la semaine précédente pour une progression adaptée à chaque patient, ainsi que des articles et des conseils. Cette application, qui a été téléchargée près de 200 000 fois depuis son lancement en 2021, compte 74 000 utilisateurs réguliers.

 

 

*Enquête en ligne réalisée en mars 2023 par Opinion Way pour Roche Diabetes Care France auprès d'un échantillon de 450 personnes diabétiques de type 2

Références :

Communiqué de Roche (Février 2024)

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17