La "liberté" de recourir à l'IVG désormais inscrite dans la Constitution : "Une fierté française"

05/03/2024
Lundi 4 mars, le Parlement, réuni en Congrès au Château de Versailles, a largement approuvé l'inscription de l'IVG dans la Constitution. Près de 50 ans après la loi Veil, la France est ainsi devenue le premier pays au monde à introduire explicitement l'IVG dans son texte fondamental. Emmanuel Macron a salué une "fierté française" et un "message universel".  

 

C'est un vote historique. Lundi 4 mars, la France est devenue le premier pays au monde à inscrire explicitement l'IVG dans sa Constitution, après une approbation très large du Parlement réuni en Congrès au Château de Versailles. Le consensus a été massif, avec un vote favorable de 780 parlementaires, contre seulement 72 voix opposées, issues essentiellement de la droite et de l'extrême-droite. Ce score, de près de 92% des suffrages exprimés, a largement dépassé la majorité des trois cinquièmes requise pour modifier le texte suprême.  

"La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse". Introduite à l'article 34 de la Constitution, cette phrase fait de la France une pionnière dans le monde, avec une référence aussi claire à l'IVG dans son texte fondamental. Et ce, à rebours de plusieurs pays où le droit à l'avortement recule, comme aux Etats-Unis ou en Europe de l'Est. 

Sur le réseau social X, Emmanuel Macron a tenu à souligner la "fierté française" et "le message universel" de cette inscription. Le Président de la République a également invité les Français à une cérémonie symbolique de scellement de la Constitution "ouverte au public" le 8 mars, journée internationale des droits des femmes. 

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a lui salué "une étape qui restera dans l'Histoire" et "une deuxième victoire pour Simone Veil". "La France est fidèle à son héritage [...] patrie des droits de l'homme et aussi et surtout les droits de la femme." 

L'annonce du résultat du vote par la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, première femme à présider le Congrès, a causé une explosion de joie sur les fauteuils de l'hémicycle et sur la place du Trocadéro à Paris, où plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées pour visionner les débats sur écran géant. La Tour Eiffel s'est également mise à scintiller, affichant des messages féministes en plusieurs langues. 

Signe de la dimension planétaire de ce vote, le Vatican a vivement critiqué l'inscription de l'IVG dans la loi fondamentale française, arguant qu'il "ne peut y avoir de 'droit' à supprimer une vie humaine".  

 

Une réforme promise par le Gouvernement 

Une réaction qui n'a pas gâché l'émotion au sein du Château de Versailles. Plusieurs parlementaires ont notamment confié leur exaltation devant ce moment rare dans une vie d'élu, près de cinquante ans après le vote de la loi Veil. Si la gauche a réservé ses prises de parole uniquement à des oratrices au Congrès, les groupes Renaissance et Les Républicains ont, eux, choisi quatre hommes pour résumer les positions de leurs groupes. "Ce combat-là rentre dans la grande histoire, c'est très rare", a ainsi salué la cheffe de file des députés insoumis, Mathilde Panot, à l'initiative de cette révision à l'Assemblée. "Plus jamais les faiseuses d'anges, les cintres, les aiguilles, les mortes", a renchéri la sénatrice écologiste, Mélanie Vogel. "Nous continuerons pour celles qui résistent à Trump, Bolsonaro, Orbán, Milei, Poutine, Giorgia Meloni", avait également lancé à la tribune la sénatrice socialiste, Laurence Rossignol.   

Pour rappel, Emmanuel Macron avait fait de cette réforme l'une des promesses phares du volet sociétal de sa politique ces derniers mois, embrassant les différentes initiatives parlementaires de la gauche, soutenue par la majorité. La formulation de "liberté garantie" à l'IVG est l'aboutissement de longs débats au Parlement et particulièrement au Sénat, où une partie de la droite étaient réticente, dont le président Gérard Larcher.  

[avec AFP] 

 

 
Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

8 commentaires
Photo de profil de Jacques Briand
2,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 3 mois
L'ajout de ce texte dans la convention est une excellente nouvelle. Une seule chose vient ternir cette bonne nouvelle, la gabégie produit pour organiser cet événement !!! 300 000 euros, c'est un m...Lire plus
Photo de profil de Romain L
12,8 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 3 mois
Derrière la fanfare politico-médiatique, ce n'est qu'un enfumage de plus. Ca ne coûte pas grand chose de rajouter une phrase sur un bout de papier. Ca en coûte beaucoup plus de garantir dans la vraie...Lire plus
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,3 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 3 mois
Effectivement, c'est une très française fierté de l'échec d'une politique de prévention qui est sans cesse repoussée aux calendes grecques. ...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17